Annexe 1 : Situation 1

Non classé

Afin de garantir l’anonymat, nous avons attribué un pseudonyme à chaque personne.

Situation 1

Lundi 07 Novembre 2011, 09h10. Premier jour de stage au sein de l’ULIS.
Samy est assis à gauche du tableau, a une main devant la bouche et frotte par moment ses doigts sur ses lèvres. L’enseignante s’accroupit et se met à hauteur du visage de Samy.

L’ENSEIGNANTE – « Tu m’as l’air triste aujourd’hui, Samy … Tu n’es pas content d’être ici ? D’habitude dans la cour, on te voit tout souriant avec les copains, et là tu es tout triste ! Il faut que je te parle de « Poukie » pour te faire sourire ? » (sourire de l’enseignante et pincement de lèvres)
Elle se redresse et distribue un document à chaque élève.

L’ENSEIGNANTE – « La semaine dernière, avec Samy, nous avons essayé de comprendre ce qu’était une résolution d’un problème de mathématiques, nous avons longtemps discuté ensemble et Samy a trouvé un problème. »

Elle se retourne face à eux et commence à lire le document préparé en amont.
« Les problèmes, c’est dur ! dit Samy.

Pour faire comprendre à Samy qu’effectivement résoudre un problème est une opération complexe qui demande de maîtriser différentes procédures, je prends un exemple. Je lui propose une situation où il est l’expert, l’entraîneur et moi la débutante : jouer au foot.
Je demande à Samy de m’expliquer comment apprendre à jouer. Samy me répond : Il faut s’entraîner :
– Il faut apprendre à taper dans le ballon avec le pied
– Il faut apprendre à l’envoyer dans la bonne direction
– Il faut être capable de faire une passe à un joueur de son équipe
– Il faut s’entraîner à courir
– Il faut apprendre les règles du sport
– Il faut apprendre à tirer pour marquer un but
– Il faut savoir protéger son équipe
– = 7 compétences à maîtriser !
Je demande à Samy si je vais réussir à jouer. Samy me répond : « C’est possible, mais il faudra beaucoup de temps » Je lui demande si je vais réussir tout de suite à jouer.
Samy me répond : « Non, vous allez vous tromper. »
Je lui demande un conseil si je n’y arrive pas.
Samy : « Allez Madame, il faut recommencer jusqu’à ce que vous y arriviez ! »
J’explique alors à Samy que pour réussir à résoudre un problème de maths, c’est pareil ! Sauf que dans cette situation, c’est moi l’expert, l’entraîneur et lui le débutant.
Samy : Madame, les problèmes c’est difficile ! Mais j’ai envie de savoir faire. »
« Alors il faut s’entraîner !

Pour apprendre à résoudre un problème :

– Il faut bien savoir lire et comprendre l’énoncé du problème (il faut comprendre le vocabulaire et la situation proposée)
– Il faut repérer la question et savoir ce que tu dois chercher
– Il faut se faire une représentation des informations fournies dans l’énoncé : une image dans sa tête, un schéma au crayon…
– Il faut trier et sélectionner les données utiles pour répondre à la question (ne pas utiliser forcément tous les nombres proposés dans l’énoncé)
– Il faut choisir et effectuer le ou les calculs à faire pour pouvoir répondre à la question
– Cela signifie qu’il faut bien connaître le sens de chaque opération : l’addition, la multiplication, la soustraction et la division.
– Il faut répondre à la question du problème à l’aide d’une phrase, c’est-à-dire rédiger la solution
= 7 compétences à acquérir (comme au foot) !!!

Alors Samy, tu vas apprendre à résoudre un problème mais il faudra beaucoup de temps. Tu vas te tromper, faire des erreurs et tu devras recommencer, c’est-à-dire t’entraîner jusqu’à y arriver !
Madame X, ton entraîneur. »

L’enseignante regarde les élèves en souriant. Elle distribue alors un format A3 à chacun sur lequel est imprimé un problème de mathématique. Elle leur demande se surligner en orange la question et en jaune les informations dont on a besoin pour répondre à la question. Les enfants s’exécutent.

Elle se dirige vers moi en me regardant et en souriant. Je lui demande qui est « Poukie ».

L’ENSEIGNANTE – « Et bien en fait Samy adore les petits chats et il a un chaton qui s’appelle Poukie. C’est mon moyen de communication avec Samy, ça le fait sourire. » me répond-t-elle.

Page suivante : Annexe 2 : Situation 2

Retour au menu : Inclusion scolaire des enfants en situation de handicap: La pédagogie MONTESSORI en ULIS