a. Politique

Non classé

Depuis son indépendance, l’Indonésie est un état républicain avec un régime présidentiel. Les principes fondamentaux qui régissent cette constitution forment Le Pancasila : Reconnaissance de certaines religions, Humanisme, Unité, Démocratie et Justice sociale. L’assemblée est composée de deux chambres. Une chambre, le DPR ou Chambre des représentants composée de 500 députés élus pour 5 ans, sauf 75 sièges encore réservés aux militaires. Et le DPD, Conseil représentatif des régions.

Le président de la République actuellement depuis 2004, Mr Susilo Bambang Yudhyono, est élu au suffrage universel.

Mr Susilo Bambang Yudhyono

Mr Susilo Bambang Yudhyono(2)

Durant la période de Suharto qui a duré 32 ans, le pays a vécu sous une dictature. A son crédit, il faut reconnaître qu’il avait dans les premières années rendu son pays alors souffrant de famine et en proie au désordre politique, stable, indépendant et auto-suffisant en ce qui concernait le riz grâce au développement de l’industrie et de l’agriculture. Mais son pouvoir autoritaire et centralisé, appuyé par l’armée, en proie à une très importante corruption donna lieu à de nombreuses exactions et conduisit le pays au soulèvement de 1998. Après sa chute, depuis 1999 ses successeurs ont entamé une vaste politique de décentralisation.

Le pays est divisé administrativement en 33 provinces (”propinsi”) elles-mêmes divisée en « Kabupaten » l’équivalent de nos départements et deux territoires spéciaux : Jakarta et Yogyakarta.

Les autorités locales sont aujourd’hui responsables de près de 40% des dépenses publiques totales. Ce qui fait de l’Indonésie un des pays les plus décentralisés du monde. Les différents partis politiques sont le PDIP anciennement parti de l’ex présidente fille de Soekarno, Megawati, le Golkar, parti du vice-président Muhammad Jusuf Kalla, le PPP, qui rassemble quatre partis musulmans, fusion imposée à l’époque de Suharto. Le PKB fondé par l’ancien président Abdurrahman Wahid, le parti Démocratique, parti de l’actuel président Susilo Bambang Yudhoyono. Le Gerinda (Gerakan Indonesia Raya) : Mouvement pour une grande Indonésie menée par Prabowo Subianto et Le SRI Mulyani Pantai, le parti indépendant du peuple.

L’Indonésie est l’un des membres fondateurs de l’ASEAN (Association des nations d’Asie du Sud-Est), elle est également membre d’organisations régionales l’AFTA (Zone de libre-échange asiatique), l’AIA (Asean investment area), l’APEC (Coopération économique d’Asie Pacifique) ou l’ASEM. Ainsi que des organisations internationales : l’ONU, l’OPEP, l’OMC, la Banque asiatique de développement (ADB), le FMI et la Banque mondiale, elle fait également partie du G20.

Le pays est aujourd’hui une république qui, bien que marquée par son histoire commence à se stabiliser alors que les prochaines élections auront lieu en 2014. Le système politique Indonésien est bien plus stable que durant la période de Suharto en raison de la transition vers un système démocratique, qui est soutenu par la majorité de la population et d’une décentralisation du pouvoir.

Le gouvernement a su mener à bien sa lutte contre l’inflation, ses problèmes fiscaux et sa balance commerciale. Les conflits internes s’atténuent peu à peu comme à Aceh. Le gouvernement a redoublé d’efforts pour réduire les opérations terroristes et les risques d’insécurité. En 2010 par exemple un camp d’entrainement djihadiste a été découvert et détruit dans la province d’Aceh. Depuis, de nombreux terroristes présumés ont été arrêtés. On peut noter par exemple le fait que l’armée intervienne aujourd’hui dans les conflits religieux alors qu’elle était précédemment passive.

La création de l’ASEAN a permis à l’Indonésie d’étouffer les conflits qu’elle entretenait avec ses pays limitrophes et de s’ouvrir peu à peu aux marchés étrangers. Le pays entretien aujourd’hui des liens étroit avec les autres états membres de cette organisation et connait le développement le plus important de la région. En conclusion, le pays jouit présentement d’une stabilité politique.

2 http://french.cri.cn/621/2012/03/22/444s274598.htm

Page suivante : b. Economie

Retour au menu : L’INDONESIE, UNE NOUVELLE PUISSANCE ECONOMIQUE ?