a) Le récit dont vous êtes le héros

Non classé

Comme dans « les livres dont vous êtes le héros », où le déroulement du récit est déterminé par les choix du lecteur, l’internaute qui s’engage dans un récit interactif a la possibilité de choisir son parcours. Placé aux commandes d’une enquête, il pourra au choix décider de sa prochaine destination, choisir une nouvelle personne à interviewer ou déterminer les questions qu’il souhaite poser à un témoin. Chaque étape apporte un éclairage ou un point de vue supplémentaire à l’internaute qui avance ainsi dans ses investigations à mesure qu’il chemine dans le web documentaire. Le récit, qui se fait souvent à la première personne du singulier, accentue l’impression d’immersion du lecteur et brouille la frontière entre fiction et réalité.

« Voyage au Bout du Charbon(25)» du photographe Samuel Bollendorff et du journaliste Abel Ségrétin, a établi les codes du genre. Mis en ligne sur le site du Monde.fr en décembre 2008, il a été vu plus de 200.000 fois alors que son sujet est pourtant loin d’être évident : le quotidien des mineurs du Shanxi en Chine. Bâti à partir des matériaux classiques d’un documentaire (faits documentés, interviews, cartes), « Voyage au bout du Charbon » a été conçu pour faire jouer un rôle actif à l’internaute. « Vous êtes journaliste indépendant. Vous avez décidé de mener une grande enquête en Chine sur les conditions de travail des ouvriers qui chaque jour recommencent ‘le miracle économique chinois’ », énonce la première page. L’internaute décide de son parcours à la fin de chaque séquence : il peut « visiter la mine d’Etat », ou « partir à la recherche de mineurs », « reprendre la route » ou interviewer des témoins. Le résultat est un mélange de documentaire, de fiction et de jeu vidéo. « Ce n’est pas un reportage pur, il y a des choses qu’on a été obligé de réécrire et c’est pour ça qu’il y a un avertissement au départ. Mais en même temps, on est vraiment dans une enquête poussée et finalement je crois qu’on est plus proche de la réalité que peut l’être un reportage du journal télévisé de 20 heures », explique Samuel Bollendorff dans une interview au Monde.fr(26).

L’internaute est le héros du récit mais il n’en a pas toutes les clefs. Son parcours est en réalité encadré et les options ne sont pas infinies : choix entre quatre questions prédéfinies, entre deux profils, entre un nombre limité de destinations… L’écriture des récits interactifs repose sur un scénario préécrit avec le plus souvent un début, des péripéties et une fin. La trame de fond est donc linéaire comme dans un documentaire classique mais avec l’interactivité en plus. Tout est ensuite affaire de dosages.

Dans « Thanatorama(27)», l’internaute est invité à prendre part à une aventure « dont il sera le héros mort ». Ce projet original sur l’univers du monde funéraire promet une expérience inédite : découvrir le parcours de notre corps une fois que le coeur s’est arrêté. « Vous êtes mort ce matin, est-ce que la suite vous intéresse ? » demande la voix « off » qui accompagne l’ensemble du récit. Dans ce web documentaire produit en 2007 par Upian, l’interactivité est relativement discrète et la linéarité du récit privilégiée. Comme le montre la cartographie des chapitres(28), le récit offre plusieurs options à l’internaute mais elles le ramènent inévitablement à un même fil conducteur. Ainsi, dans la première séquence, l’internaute, qui vient d’apprendre son décès virtuel, doit préciser s’il a souscrit ou non un contrat d’obsèques. Qu’il ait répondu par l’affirmative ou par la négative, il se retrouvera de toute façon à l’étape suivante au funérarium. L’accent est mis sur l’expérience de l’utilisateur grâce à un graphisme et une ambiance sonore très étudiés, une série de photographies parfois crues et un commentaire dont l’humour tranche avec le caractère morbide du sujet.

Par comparaison, « Le Challenge(29) » donne davantage de liberté à l’internaute qui est invité à se mettre dans la peau d’un journaliste indépendant pour enquêter sur le procès qui oppose la multinationale Chevron-Texaco à un groupe de paysans et d’indiens en Equateur. Ceux-ci réclament 27 milliards de dollars pour les dommages environnementaux et sanitaires causés par le géant pétrolier. Grâce à une carte interactive, l’utilisateur a la possibilité de mener son enquête sur un mode quasi-linéaire mais il peut aussi naviguer de thème en thème. Un « bloc-notes » est également à sa disposition pour des informations politiques, historiques et géographiques. A l’utilisateur, au final, de faire sa propre opinion.

25 http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/visuel/2008/11/17/voyage-au-bout-du-charbon_1118477_3216.html
26 18/11/2008
27 http://www.thanatorama.com/
28 Cf. Visuel n°1, Annexe n°3
29 http://www.canalplus.fr/pid3400.html

Page suivante : b) Narration imposée vs narration « omnipotente »

Retour au menu : Création d’une société de production de web documentaires et développement de la collection « Dans les coulisses…. »