a) La dimension participative/contributive

Non classé

Au sein de cette catégorie on peut citer le diptyque de Serge Gordey produit pour Arte : « Gaza/Sderot(37) » et « Havana/Miami(38) », qui décline un même format intitulé “synchronicité”. Comme l’explique Joël Ronez, responsable du pôle web d’Arte France : « Il s’agit de relater au jour le jour, avec des vidéos parallèles, la vie de deux endroits en opposition, symbolique ou réelle(39) ». Concrètement, cela se traduit par une division de l’écran en deux fenêtres(40), chacune présentant, à une date donnée, une rencontre avec un habitant de chacun des deux endroits. Les vidéos sont consultables par date (sur une frise chronologique correspondant aux dates de mises en ligne qui se sont déroulées sur 3 mois), par personnage, par lieu ou même par thème. C’est donc l’internaute qui choisit sa navigation dans le récit, au sein de près de 80 modules pour créer des interactions entre les personnages : ressemblances, différences, oppositions, échos… L’interactivité gagne en profondeur, l’internaute pouvant lui-même éditorialiser les contenus. Au-delà de cette interface, l’internaute est également invité à interagir avec le contenu grâce à un espace participatif, accessible depuis chaque vidéo, qui lui permet de déposer un contenu texte, photo ou bien vidéo (forcément importée depuis Youtube, Daylimotion ou Viméo) en réaction aux vidéos proposées et de partager ces réactions, ou les vidéos du programme, sur Twitter, Facebook, sur un blog ou par email. La force du dispositif est en fait la production et la mise en ligne progressive des modules. Elle permet, sur cette période, une interaction directe entre les internautes et les auteurs ou les personnages qui peuvent à leur tour réagir aux commentaires des internautes.

Web documentaire évènement, « Prison Valley(41) », de David Dufresne et Philippe Brault, s’inscrit dans cette continuité en développant davantage le projet dans une dimension communautaire. Dès l’arrivée sur le site, il est proposé à l’internaute de s’inscrire pour intégrer la communauté « Prison Valley » et par la suite, de reprendre une session là où il l’aurait arrêtée. Cette inscription peut se faire de manière classique, en communiquant son adresse email, ou plus novatrice, en faisant le lien directement avec son profil Facebook ou Twitter. Il est même proposé à l’internaute de mettre à jour son profil automatiquement en fonction de son parcours dans le web documentaire (initialement cette mise à jour était automatique, devant les plaintes de nombreux utilisateurs trouvant le dispositif trop intrusif, elle est devenue optionnelle). Cette inscription faite et après une vidéo d’introduction, l’internaute arrive dans une chambre d’hôtel qui jouera le rôle de menu dans la navigation(42).

Dès lors, il aura la surprise de voir son pseudo apparaître en bas de l’écran, indiquant qu’il « est ici », ainsi que ceux des autres personnes présentes avec lui sur le site, ou celles qui ne sont « plus ici », cette astuce a pour mérite de matérialiser l’expérience collective et sociale qu’est internet. Cette page propose également une icône qui permet également la discussion directe entre les personnes présentes à la manière d’un chat(43). Dans cette même logique, le web documentaire ménage un espace important aux discussions autour du thème – l’industrie de la prison – pour favoriser l’échange entre les internautes mais aussi entre eux et les auteurs ou des intervenants sur le sujet, ou même avec les personnages du documentaire auxquels il est possible de laisser un message.

Reprenant à son compte le concept de « Lonelygirl15(44) », faux vidéo-blog d’une adolescente angoissée et vraie fiction d’un nouveau genre, « Twenty Show(45) », produit par la société Zadig, pousse davantage la dimension participative en réalisant une oeuvre hybride à partir des contributions des internautes. Pour Bruno Nahon, producteur, le projet était le suivant : tenter de « raconter la jeunesse de façon organique et non préméditée, loin de la télévision et du journalisme(46) ».

Pour se faire, en complément d’Arte, la production a sollicité MySpace pour jouer le rôle d’interface entre les auteurs et les jeunes, l’idée étant de trouver des jeunes qui racontent leur vie dans leur propre langue. Dans ce but, le producteur a créé des fictions, à la manière de vidéo-blogs, avec cinq équipes de tournage (auteurs, réalisateurs, caméras, comédiens). Cinquante épisodes ont été réalisés et proposés sur le web, dès lors de véritables contributions sont arrivées, reprenant les codes mis en place par les fictions. A partir de ces contributions, une seconde équipe a réalisé de nouvelles fictions où des comédiens jouaient en temps réel dix épisodes de trois minutes. Au final, un film de 90 minutes a été réalisé et diffusé sur Arte, en mélangeant ces trois niveaux d’images : les fictions, les contributions, et les fictions réalisées à partir des contributions. « Twenty Show », à tous les niveaux, dépasse le cadre du web documentaire : web docu-fiction contributif ? Projet transmédia ? Définir « Twenty Show » n’est pas évident, mais il permet d’esquisser une piste dans laquelle s’engage de plus en plus le web documentaire, à l’image par exemple de « PIB, l’indice humain de la crise économique canadienne(47) » web documentaire de l’Office national du film du Canada qui ambitionne de témoigner des effets à long terme de la crise sur la vie des Canadiens en faisant appel à leurs contributions.

37 http://gaza-sderot.arte.tv/
38 http://havana-miami.arte.tv/
39 « Gaza-Sderot, des terres vues du Web: trois questions au responsable du pôle Web d’Arte France », Anne Kerloc’h, 20minutes.fr, 26/10/2008
40 Cf. Visuels n°1 et n°2, Annexe n°4
41 http://prisonvalley.arte.tv
42 Cf. Visuel n°3, Annexe n°4
43 Cf. Visuel n°3, Annexe n°4
44 http://www.lg15.com/lonelygirl15
45 http://www.myspace.com/twentyshow
46 Compte rendu de la rencontre CNC/SACD 2009/2010 – 17 novembre 2009 – Utilisation d’internet comme outil d’écriture : quelles méthodes de travail entre les auteurs du web, du cinéma et de la télévision ?
47 http://pib.onf.ca/index

Page suivante : b) Une ambition de forme et de moyens

Retour au menu : Création d’une société de production de web documentaires et développement de la collection « Dans les coulisses…. »