9.La nébuleuse Facebook

Non classé

Le réseau social par excellence, le plus prisé par les internautes et par les marques !
Voici quelques chiffres pour rappeler l’outil puissant qu’est Facebook. D’après les
dernières statistiques, 901 millions de personnes sont connectées à Facebook dans le
monde entier. Le réseau existe en 70 langues différentes. 526 millions d’utilisateurs
étaient actifs quotidiennement durant le mois de mars 2012.

En moyenne, 300 millions de photos sont mises en ligne sur le réseau en une journée
et 3.2 milliards de commentaires et like par jour ont été effectués durant le premier
quadrimestre de 2012.(89)Des chiffres qui donnent le tournis, aucun média traditionnel
n’a une telle audience ! Il serait donc suicidaire pour une marque d’ignorer la force du
réseau social créé en 2004 par un jeune étudiant d’Harvard.

On ne peut s’empêcher enfin de voir, là encore, le gigantisme de Facebook,
qui donne des chiffres en millions, quand Twitter les donne en dizaines de
milliers et la presse en centaines. Certes, la presse bénéficie du levier de la
diffusion et de l’audience, mais le premier réseau social au monde nous
révèle – pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris- son omniprésence,
qu’une stratégie marketing ne saurait négliger.(90)

Facebook est comparable à un TGV qui met ses services à disposition en totale
gratuité. Rapide, gratuit et efficace donc. Si les marques de luxe n’avaient pas franchi
le cap de s’afficher sur Facebook, cela reviendrait pour elles à continuer à prendre la
vieille locomotive omnibus.

Une étude a été réalisée en 2011 par Press Index (91)(groupe de veille des médias) sur la
présence des marques de luxe dans la presse et sur les réseaux sociaux. Ils se sont
appuyés sur le classement fait par Interbrand en 2010 des cent premières marques de
luxe au monde. Ils ont comparé leur présence dans la presse par rapport à leur
notoriété sur les réseaux sociaux. Le gros point à dégager de cette étude est le rapport
entre une marque très citée dans la presse et moins “likée” sur les réseaux sociaux.

Les deux exemples contradictoires les plus explicites sont le cas de Burberry et Giorgio
Armani. La marque italienne est très bien référencée dans la presse européenne, avec
plus de 1800 citations pour le mois de février 2011. Par contre, elle est plus faible en
matière de followers sur les réseaux sociaux, avec “seulement” 1 348 648 fans sur
Facebook précisément et 10 457 sur Twitter. Burberry, quant à lui, est largement cité
dans la presse du pays dont la marque est originaire, à savoir le Royaume-Uni, mais
moins dans les autres pays européens, ce qui fait en tout 743 citations pour la même
période de février 2011. Par contre, la marque au célèbre trench comptabilise le plus
de followers sur Facebook et Twitter par rapport à ses concurrents.(92) Mais comment
expliquer qu’une marque soit largement exposée dans les magazines et faiblement
représentée sur les réseaux sociaux ? La réponse réside dans la force de persuasion
que possèdent les réseaux sociaux. Dans la vie de tous les jours, les gens sont
influencés par l’avis de leur entourage, le choix de leur famille et amis proches !

C’est ce qu’on appelle un réseau, un ensemble de personnes reliées entre elles par un
intérêt commun ! Facebook n’est rien d’autre que le support virtuel de ce réseau
humain.

89 http://newsroom.fb.com/content/default.aspx?NewsAreaId=22 consulté le 23/05/12
90 http://blogfr.pressindex.com/2011/04/presse-et-reseaux-quelle-strategie-pour-le-luxe/ consulté le
23/05/12
91 http://uk.pressindex.com/fr/
92 http://blogfr.pressindex.com/2011/04/presse-et-reseaux-quelle-strategie-pour-le-luxe/ consulté le
23/05/12

Page suivante : 9.1 L’ascension digitale de Burberry

Retour au menu : Le digital est-il devenu le nouveau support de communication des marques de luxe ?