5.2. Habitudes de documentation

Non classé

La formation des étudiants, ou du moins leur initiation à la recherche documentaire, semble être le parent pauvre de la formation universitaire. Un peu plus de 90 % des étudiants de la FP déclarent n’avoir jamais bénéficié d’une telle formation. Le même son de cloche est enregistré du côté des deux autres facultés (FST : 86.7 % et FLSH : 53.8 %). Le fait est d’autant plus accentué que 6 à 15 travaux académiques annuels, selon 68 % des enquêtés, nécessitent une recherche documentaire (Voir le tableau 5.5 en annexe B). Il nous est par conséquent, d’ores et déjà loisible d’entrevoir que les étudiants « naviguent à l’aveuglette » pour faire leurs travaux académiques et, qu’à terme, le plagiat électronique ne peut, sciemment ou non, qu’être pratiqué.

Tableau 5.4 : Répartition des enquêtés selon la formation à la recherche documentaire

Répartition des enquêtés selon la formation à la recherche documentaire

Source : Notre enquête

Figure 5.2 Distribution des ef f ectif s selon la f ormation à la recherche doc.

Distribution des ef f ectif s selon la f ormation à la recherche doc

Cette assertion est en effet plausible quand on relève que 99% des étudiants interrogés, soit 9 étudiants sur 10, comme le montrent le tableau 5.6 et le graphe l’accompagnant ci-dessous, reconnaissent qu’Internet est leur principale source d’information. La bibliothèque universitaire vient en second lieu à hauteur de 83 %, et ces résultats, à quelques exceptions près, sont similaires à ceux d’autres recherches faites dans d’autres pays. Ainsi, les études menées par (Six Degrés, 2006 ; Martin et Perret, 2009 ; Chen et Teresa Ku, 2008), révèlent respectivement que 90.6%, 75%, 81% des étudiants utilisent Internet et 61.7%, 51%, 19% La bibliothèque pour se documenter.

Tableau 5.6 Distribution des enquêtés selon leurs sources de documentation

Distribution des enquêtés selon leurs sources de documentation

Source : Notre enquête

Figure 5.3 Source de documentation des étudiants

Source de documentation des étudiants

Pour notre part, nous n’avons trouvé aucune corrélation significative entre l’usage d’Internet comme source de documentation primaire et le copier-coller, comme forme représentative du plagiat électronique (r = -0.061, p = 0.268) (Voir tableau 5.7). Cette absence de corrélation a été également trouvée par d’autres recherches telles que (Smith, Ghazali et Minhad, 2007 en Malaisie ; Chen et Teresa Ku, Ibid. à Taiwan ; Sapp, 2002 en Chine). Par contre d’autres recherches comme celle menée par (Underwood et Szabo, 2003 en Grande Bretagne) ont abouti à l’inverse.

Tableau 5.7 Relation entre l’usage d’Internet et le copier-coller

Relation entre l’usage d’Internet et le copier-coller

Source : Notre enquête

Page suivante : 5.3. Formes de plagiat électronique

Retour au menu : LE PLAGIAT ẾLECTRONIQUE AU NIVEAU DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR UNIVERSITAIRE PUBLIC : ETAT DES LIEUX, PROPOSITIONS DE PISTES DE PRẾVENTION ET DẾTECTION CAS DE L’UNIVERSITẾ SULTAN MOULAY SLIMANE DE BENI MELLAL