3)e. La quête identitaire

Non classé

Un autre thème important dans la filmographie de Miyazaki est celui de l’apprentissage et de la quête d’identité. Miyazaki met en scène des personnages qui se construisent, ou qui se retrouvent. Dans Le Voyage de Chihiro, Haku retrouve, à la fin du film, son vrai nom et sa véritable identité, ce qui le libère ; Chihiro elle-même grandit grâce à son aventure ; la princesse Mononoké se découvre une nouvelle facette, son humanité ; Kiki doit apprendre à vivre seule et découvrir son talent, sa voie ; dans Le château ambulant, Sophie doit apprendre à avoir confiance en elle.

Dans The Art of Kiki’s delivery service Miyazaki explique qu’en effet, ce thème de la recherche d’identité est une préoccupation centrale chez les jeunes adolescentes, et une étape essentielle pour l’épanouissement. Ainsi ce dernier explique que le pouvoir de Kiki ne la différencie pas d’une jeune fille ordinaire : ce qu’elle vit s’apparente à l’apprentissage d’une japonaise contemporaine : « A travers la vie de Kiki se reflètent les vies de nombreuses jeunes filles japonaises aujourd’hui (…) la faiblesse de sa détermination et de sa compréhension du monde reflètent aussi le monde des jeunes d’aujourd’hui. » (151) Il compare également cette quête identitaire et la recherche de son talent et sa voie au parcours d’un jeune dessinateur de manga arrivant à Tokyo, comme lui-même l’avait vécu : « C’est comme une personne qui veut être dessinateur et qui arrive à Tokyo (…) l’une des caractéristiques de la vie moderne est qu’une fois les besoins matériels du quotidien comblés, la question de l’épanouissement personnel se pose vraiment. ».

Miyazaki dépeint les relations humaines dans leurs défauts mais aussi dans ce qu’elles ont de bon, avec pour toile de fond les problèmes de société et d’actualité qui préoccupent le monde contemporain. Ces histoires mettant en scène guerres, bêtise humaine, violence, pollution, soif de pouvoir et mise en danger de l’environnement, ne masquent pas pour autant l’importance des liens entre les personnages. Au contraire, sont mis en valeur l’importance de la famille, du lien entre les humains, l’importance de la fraternité face à l’adversité.

Nous pouvons ainsi voir que les héros de Miyazaki lui permettent de mettre en images ses préoccupations concernant des sujets d’actualité, importants pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. Il est alors intéressant de constater que le réalisateur choisit très souvent d’avoir pour personnages principaux de ses histoires, non pas des héros, mais des héroïnes.

C’est ce choix particulier d’héroïnes, fortes, indépendantes, représentant les idées du réalisateur et sa vision de la société et du monde, qui nous permet de penser que le regard de Miyazaki peut être révélateur d’aspects particuliers de la société japonaise : en effet, la famille, le rapport fraternel, le lien social, sont divers thèmes abordés par Miyazaki, qui ont pour objet central, la femme.

Il est donc intéressant, et il peut être jugé révélateur, qu’un réalisateur japonais souhaite avoir comme porte-parole des problèmes d’actualité et de société, des femmes. Nous pouvons donc penser que Miyazaki porte un regard favorable sur le rôle social des femmes. Ainsi, le cinéma de Miyazaki peut être perçu comme révélateur du rôle de la femme au sein de la société japonaise ; ou bien peut-être n’est-il qu’une représentation entièrement formée par ce réalisateur, et non fondée sur des réalités quant au rôle social de la femme au Japon ? C’est ce que nous chercherons à analyser dans notre troisième partie, en observant de plus près l’image que Miyazaki donne des femmes dans ses films.

Après avoir vu le style visuel et les thèmes qu’exploite Hayao Miyazaki dans ses films, nous nous intéresserons aux personnages féminins qu’il met en scène. Nous étudierons ces personnages et leurs rôles à travers une analyse cinématographique de leurs différentes caractéristiques ainsi que leurs rapports avec les personnages masculins.

151 Miyazaki Hayao, The Hopes and spirit of contemporary Japanese girls in The Art of Kiki’s delivery service, Ghibli library,Tokyo, 2010, (1ère edition 1989), p.8

Page suivante : III-A/ Analyse des personnages féminins dans les œuvres de Miyazaki

Retour au menu : L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI