3)b. Rapports sociaux : la représentation des exclus de la société

Non classé

Miyazaki met en valeur les rapports entre les humains, en mettant en scène le sentiment d’exclusion que peuvent ressentir certains humains. On retrouve ainsi les exclus de la société dans ses œuvres.

En effet, Dame Eboshi forme une communauté accueillant les exclus de la société. Ici, l’intolérance sociale est dénoncée, ainsi que ses injustices envers certains de ses membres ; Dame Eboshi accueille les anciennes prostituées, rejetées par la société, mais aussi les lépreux : elle leur redonne du travail, un but, une utilité et surtout une place à part entière dans un village, dans un peuple : elle leur rend une place sociale.

Le personnage d’Ashitaka est également un exemple du sentiment d’exclusion : le sort dont il est affligé symbolise sa différence, ce qui le pousse à fuir son village, s’éloigner des siens. Il trouve une amie en la personne de San, elle aussi exclue de la société, adoptée par des loups et vivant parmi les Dieux de la Forêt.

D’autres films exploitent cette thématique de la différence, de l’exclusion : Kiki dans Kiki la petite sorcière est la seule sorcière de la ville où elle doit effectuer son apprentissage : elle est ainsi différente, hors des groupes conventionnels.

Porco Rosso met également en scène un homme affligé d’un sort, celui d’être transformé en cochon : il s’est lui-même exclu de la société, mis en exil.

Page suivante : 3)c. La violence, la guerre

Retour au menu : L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI