3.2.2.5 Une nécessaire valorisation des organisations locales

Non classé

Ainsi, une coordination plus forte doit exister entre les différents acteurs de la municipalité. Cette coordination doit être favorisée par la création d’un espace de dialogue réunissant l’Emater, le STTR et les organisations associées, l’Acontag, le secrétariat de l’agriculture et la préfecture ainsi que les organisations de production, comme les puxirões ou les coopératives.

Cet espace doit être relativement neutre et doit permettre de développer des thèmes et des compétences assez techniques pour pouvoir planifier les actions. Cet espace ne peut être placé au sein de l’Acontag qui est très liée au STTR, ce qui pourrait limiter la participation du secrétaire municipal de l’agriculture par exemple. Il ne le peut pas plus au sein du conseil de la forêt, qui a tendance à se focaliser sur la protection des milieux et dont les compétences sont trop généralistes pour traiter de sujets techniques.

Sans nul doute, c’est le CMDRS, réactivé, qui pourrait constituer l’espace de discussion convenable, puisqu’il réunit les acteurs impliqués dans le développement rural d’Oriximiná, qui sont pour la majorité ceux qui ont un rôle dans l’APL. Cet espace doit être ouvert aux organisations de base comme les puxirões qui, par leur présence, peuvent permettre d’adapter au mieux l’appui à l’APL.

Une meilleure coordination pourrait avoir un effet très positif sur le développement de l’APL. En effet, l’agro-industrie est paralysée du fait de la lenteur du processus de mise aux normes. Pourtant une intervention des services de la préfecture pourrait accélérer le processus et assurer, dans un premier temps, l’agrément de cette industrie à travers « le Système d’Inspection Municipale » qui permet la vente à l’intérieur de la municipalité.

La participation des représentants d’organisations davantage impliquées au plan local (puxirão, président de communautés) pourrait permettre un dialogue avec la base et une meilleure appropriation des projets, ainsi qu’une accélération du processus de développement de l’APL. Ce dialogue doit aussi permettre la construction de demandes qualifiées au Codeter mais aussi au conseil de la forêt.

Aussi, ce CMDRS doit permettre une meilleure adéquation de la réponse des services (assentamento, préfecture…) aux besoins des communautés et de faire converger les actions dans l’axe stratégique de développement de la fruiticulture.

Du fait de l’implication forte des institutions qui supportent cet APL dans le Codeter (Ceft-Bam, Fetagri et STTR de Oriximiná), plusieurs projets ont été proposés et validés par le Codeter dans le cadre de cet APL. Ces projets sont issus d’une réflexion qui a été menée par le STTR avec de nombreux producteurs, pour définir et appuyer le développement de l’APL

Un projet d’irrigation, issu d’une réflexion menée au sein des communautés et du STTR dans l’axe de développement de l’APL fruiticulture, a été proposé au Codeter et accepté. Ce projet a franchi toutes les étapes d’instruction et de validation. Il est prêt à être mis en place. Il consiste, par la construction d’un petit château d’eau alimenté par l’eau d’un puits remontée à l’aide de l’énergie solaire, à irriguer les jeunes plants fruitiers pendant la saison sèche, période pendant laquelle un grand nombre de plants meurt. Ce système peut aussi être utilisé pour desservir les habitations en eau ou pour des activités de maraîchage. Ainsi, le projet paraît être adapté aux besoins exprimés par la base. Si la mise en oeuvre en est efficace, ce projet pourrait préfigurer l’utilité et l’efficacité spécifiques du Codeter.

Un autre grand projet d’amélioration de l’industrie de transformation (chambre froide) a été présenté et accepté au niveau du Codeter, mais refusé aux niveaux supérieurs pour des raisons de crédibilité technique. La mobilisation du noyau technique du Codeter dans ce cas, aurait pu être déterminante.

Le Codeter, au-delà de l’approbation et d’amélioration des projets, a un rôle important dans la coordination des acteurs locaux et dans la réactivation des CMDRS. L’articulation entre le Codeter et le conseil de la forêt est également fondamentale pour coordonner et mettre en cohérence les actions de chacune de ces instances. Le Codeter a un rôle également dans la mobilisation des délégations régionales, tel que l’INCRA qui peut permette le déblocage des situations.

Enfin le Codeter doit mettre en place des formations spécifiques pour pouvoir appuyer le développement de l’APL auprès des agriculteurs (en particulier dans la gestion de vergers), mais aussi sur la gestion et le fonctionnement d’un espace de négociation.

Page suivante : 3.2.3 L’APL lait de Alenquer, un accord entre les acteurs indispensable

Retour au menu : Le développement territorial en Amazonie Brésilienne : Les défis de la mise en oeuvre d’une gouvernance et de stratégies de développement dans le territoire Baixo Amazonas de l’État du Pará