3.1.1.3 Les initiatives

Non classé

Les initiatives locales que nous pouvons noter concernent plus particulièrement le système de gestion des terres agricoles ; il s’agit particulièrement de mettre en évidence le mode de gestion des terres agricoles gérés par les dites populations. Ce mode consiste à s’approprier d’une superficie de forêt environ 1-3 ha où le paysan la divise en 3-5 parties dont les dimensions sont différentes et commence à l’installer ses cultures dès la première année à la deuxième, la troisième, il va dans la deuxième superficie et l’exploite pendant 1-2 ans jusqu’à la dernière. Une fois que la dernière superficie est exploitée, il revient à la première qui a été exploitée et a pu se reconstituer en améliorant les propriétés physique, chimique et biologique sous l’effet des déchets agricoles, des débris végétaux ainsi que les micro-organismes du sol ainsi que l’effet de la jachère.

Ou bien le paysan sans pour autant la diviser en petite superficie qu’on appelle Surface Agricole à Exploiter (SAE), exploite une portion cette année ou dans deux ans, mettant cette dernière en jachère ainsi de suite jusqu’à exploiter la dernière superficie puis il retourne à la première.

Ce mode de gestion de terroir agricole est intéressant et constitue même le principe d’aménagement forestier qui consiste une fois à exploiter une assiette de coupe (AAC) l’exploitant doit fermer annuellement cette AAC et n’a pas le droit d’y revenir couper du bois, ce qui permettra à cette dernière de se reconstituer et susceptible d’être exploité à la prochaine rotation.

La rotation de ces terroirs agricoles de 5 à 8 ans en fonction de la superficie des forêts à s’approprier.

Page suivante : 3.1.2 Les activités économiques

Retour au menu : Etude de la contribution des ressources naturelles aux budgets des ménages ruraux : Cas du village BANGA (République Centrafricaine)