3) L’évolution de l’Armée rouge en U.R.S.S dans les années 1930

Non classé

A bien des égards, l’évolution qui est celle de l’Armée rouge en URSS dans les années 1930, est emblématique de la politique menée par Staline, et que Trotski n’hésite pas à qualifier de trahison. Le titre de l’ouvrage La révolution trahie, ouvrage qui analyse notamment durant un chapitre entier cette évolution de l’Armée rouge en URSS, est révélateur de l’idée que se fait Trotski du stalinisme. 96

Cette évolution de l’Armée rouge, donc, se fait selon Trotski dans un sens « capitaliste », arguant du fait que l’Armée rouge, de prime abord armée révolutionnaire ne ressemblant à aucune armée du monde, finit par adopter les mêmes formes et penchants que les armées des pays dits bourgeois, c’est-à-dire des grades, et donc, une hiérarchie : « Le monde civilisé, ami et ennemi, apprit non sans stupeur, en septembre 1935, que l’armée rouge aurait désormais une hiérarchie d’officiers commençant au lieutenant et finissant au maréchal »234. A ce titre, l’année 1935, est une date charnière de rupture dans le rôle initial qui est celui de l’Armée rouge : « L’année 1935 fut marquée pour l’armée par une sorte de coup d’État double : à l’égard du système des milices et à l’égard des cadres »235. Ainsi, l’Armée rouge, finit par refléter la politique stalinienne et donc le régime soviétique, et ce à tous les niveaux, étant entendu que « L’armée soviétique incarne les tendances du régime soviétique gouvernemental »236. C’est en partie la démobilisation de l’Armée rouge, consécutive à la victoire des bolcheviks durant la guerre civile, qui est la cause de ce résultat, démobilisation qui entraîne l’accaparement de hauts postes par les généraux soviétiques vainqueurs, la constitution d’une bureaucratie puissante et le dépouillement des masses de tout rôle politique : « La démobilisation d’une armée rouge de cinq millions d’hommes devait jouer dans la formation de la bureaucratie un rôle considérable. Les commandants victorieux prirent les postes importants dans les Soviets locaux, dans la production, dans les écoles, et ce fut pour apporter partout, obstinément, le régime qui leur avait fait gagner la guerre civile. Les masses furent partout peu à peu éliminées de la participation effective au pouvoir »237. 97

Page suivante : B) Une bourgeoisie qui avance masquée dans les pays en voie de développement

Retour au menu : La Guerre révolutionnaire dans la pensée trotskiste