3) Le journaliste, un homme comme les autres :

Non classé

« Les journalistes ne sont pas moins imperméables que n’importe qui aux clichés, aux simplifications, aux idées reçues ou aux fantasmes. Ils ont simplement le pouvoir de les reproduire ou les amplifier, la plupart du temps sans même en avoir une conscience claire. »

Nathalie Dollé, journaliste.

Comme vu précédemment, beaucoup de facteurs peuvent diminuer la « neutralité » de base d’une information. De manière consciente, pour des raisons politiques ou moralistes, le journaliste peut présenter l’actualité sous un angle choisi.

Mais, outre cette manipulation volontaire (et condamnable), un autre phénomène influe sur le traitement de l’information: l’inconscient du journaliste. Dans le cas des actualités relatives l’islam, cette inconscient a un rôle prégnant, notamment parce qu’il fait appel à des stéréotypes profondément ancrés sur lesquels l’individu n’a pas toujours prise.

Page suivante : 3-1) Des défauts bien humains mais préjudiciables à l’objectivité:

Retour au menu : Les médias, vecteurs d’une image négative et stéréotypée des musulmans : mythe ou réalité ?