3. Comparaison de la répartition de l’incidence, du taux de létalité et du taux de mortalité selon les régions et l’année

Non classé

Les figures 87 représentent respectivement (de gauche à droite) l’incidence, le taux de létalité et le taux de mortalité selon les régions allant respectivement, du haut vers le bas, de l’année 2001 à 2007.

En 2001, Plusieurs régions du Maroc n’ont pas déclaré le nombre de piqûres et de décès par scorpions dont Oued.Eddahab- Lagouira, Laayoune- Boujdour- Sakia ElHamra, Fès- Boulemane, Rabat- Salé- Zemmour- Zaer, Tanger- Tetouan ainsi que certaines provinces.

Les régions ayant déclaré la même année et qui ont une incidence élevée (I ≥1‰) sont Marrakech, Chaouia, Guelmim et Souss. Par contre, l’incidence est faible au niveau de la région orientale et du nord (I <0.5‰), et moyenne à Doukkala et Tadla (I [0.5- 1[.

La létalité est élevée à Souss, Marrakech, Meknès et Tadla (L ≥0.5%), moyenne à Chaouia et Doukkala (L [0.1- 0.5 [) et faible dans les autres régions (L <0.1%)

Figure 87 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

Figure 87' Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

Figure 87'' Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

Figure 87''' Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

Fig. 87 : Répartition de l’incidence, du taux de létalité et du taux de mortalité selon les régions et l’année

En 2002, l’incidence est élevée à Guelmim, Souss, Marrackech, Tadla, Chaouia et Meknès (I ≥0.5‰), la létalité est importante à Souss, Marrackech, Tadla, Chaouia, Doukkala et Fès (L ≥0.1%) et la mortalité est importante à Marrackech, Chaouia, Doukkala et Fès (M ≥0.003‰). (La forte létalité à Fès est sûrement due à un biais de déclaration car le nombre de piqués déclarés est faible au niveau de cette région).

En 2003, l’incidence est élevée à Guelmim, Souss, Marrackech, Tadla, Chaouia et Meknès (I ≥0.5‰), la létalité est moyenne dans ces régions à part Marrackech qui avec Doukkala et Fès ont une forte létalité (L ≥0.5%). Quand à la mortalité, elle est très élevée à Marrackech (M ≥0.006‰), suivi par Tadla, Doukkala et Fès (M [0.003- 0.006[), elle est faible ou nulle dans le reste des régions (<0.003‰).

En 2004, l’incidence est élevée à Guelmim, Souss, Marrackech, Tadla et Chaouia, suivi par Meknès et Doukkala (I ≥0.5‰). La létalité est moyenne à Souss, Marrackech, Tadla et Chaouia auxquelles s’ajoutent Taza et Fès (L [0.1- 0.5 [ ), forte à Doukkala et l’Oriental (L ≥0.5%). La mortalité est très élevée à Marrackech et Doukkala (M ≥0.006‰), suivi par les régions qui l’entourent : Souss, Tadla et Chaouia (M [0.003- 0.006[), elle est faible ou nulle dans les autres régions du Maroc (<0.003‰).

En 2005, l’incidence est élevée à Guelmim, Souss, Marrackech, Tadla, Chaouia, Meknès et Fès (I ≥0.5‰), la létalité est moyenne à Guelmim, Souss, Tadla et Chaouia auxquelles s’ajoutent l’Oriental et Tanger (L [0.1- 0.5 [) et reste très élevée à Marrackech et Doukkala (L ≥0.5%). L’importante mortalité concerne toujours Marrackech, Doukkala, Tadla et Chaouia (M ≥0.006‰).

En 2006, l’incidence est toujours importante à Guelmim, Souss, Marrackech, Tadla, Chaouia, Doukkala, Meknès auxquels s’ajoute Taza (I ≥0.5‰). La létalité est moyenne à Guelmim, Tadla et Chaouia auxquelles s’ajoutent Meknès et Rabat (L [0.1- 0.5 [), reste très élevée à Marrackech et Doukkala (L ≥0.5%) et par contre diminue dans la région du Souss. L’importante mortalité concerne, sans changement, les régions de Marrackech, Doukkala, Tadla et Chaouia (M ≥0.006‰).

En 2007, l’incidence est toujours importante à Guelmim, Souss, Marrackech, Tadla, Chaouia, Doukkala, Meknès et Taza auxquels s’ajoute Tanger (I ≥0.5‰). La létalité est moyenne à Souss, Tadla et Chaouia auxquelles s’ajoutent Fès et l’Oriental (L [0.1- 0.5 [), reste toujours très élevée à Marrackech et Doukkala (L ≥0.5%) et faible ailleurs. L’importante mortalité concerne, sans variation, les régions de Marrackech, Doukkala, Tadla et Chaouia (M ≥0.006‰).

On constate que les régions de forte incidence occupent le centre et le sud du Maroc de Guelmim-EsSmara jusqu’à la limite Chaouia et Meknès-Tafilalt (ils restent presque constants durant les années), avec une diminution à Doukkala en 2002 et 2003 et une augmentation à Fès en 2005, à Taza en 2006 et 2007, et à Tanger en 2007.

La létalité est très importante à Doukkala et Marrakech suivi par Tadla et Chaouia puis Souss. Elle est importante selon l’année, à Fès (2002 et 2003) et à l’Oriental (2004, 2005 et 2007).

La mortalité est importante, et de manière constante, dans les régions de Marrackech, Doukkala, Tadla et Chaouia. Elle est ponctuelle, c’est à dire selon l’année, à Fès (2002 et 2003) et à Souss (2001 et 2004).

L’intersection des cartes de la létalité et de la mortalité par piqûres scorpioniques durant les sept années révèle une forte incidence au centre du Maroc : Marrakech-Tensift-Al Haouz, Doukkala-Abda, Tadla-Azilal, Chaouia-Ouardiga et Souss-Massa-Draa.

Donc l’étude de la variabilité géographique de l’incidence et de la mortalité pendant la période 2001-2007, nous a permis de distinguer trois zones d’endémicité variable:

- une zone d’incidence élevée avec mortalité élevée: Marrakech-Tensift-Al Haouz, Doukkala-Abda, Tadla-Azilal, Chaouia-Ouardigha et Souss-Massa-Darâa.
- une zone d’incidence élevée avec mortalité faible: Mekhnès-Tafilelt, Guelmim-Assa-Zag et Fès- Boulemane.
- une zone de très faible incidence avec mortalité nulle: Oued Dahab-Lagouira, Laayoune-Boujdour, Grand Casablanca, Rabat-Salé, Gharb-Chrarda-Bnihssen,Taza-Elhoceima, Tanger-Tetouan et l’Oriental.

Page suivante : 4. Comparaison de la moyenne du registre de Khouribga avec celle des relevés nationaux

Retour au menu : Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc : cas de la province de Khouribga