3. 8. Distribution selon que le patient soit traité ou non et l’année

Non classé

98% des cas ont été validés, soit 5899 cas de piqûres.

Figure 78 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

Fig. 77 : Répartition des piqués selon le traitement et l’année

Le nombre de cas non traités a augmenté d’une année à l’autre, sauf en 2005 ou il a légèrement diminué avec la diminution de l’effectif des piqués.

La figure 78 représente le pourcentage des patients non traités (NT).

Figure 78 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

Fig. 78 : Taux de patients non traités selon l’année

Nous pouvons noter que le pourcentage de patients traités diminue de 2001 à 2004. En effet, le test du χ2 donne une valeur observée de 170.83 (p<0.001) hautement significatif et la comparaison des moyennes par le test Duncan nous a permis de distinguer cinq groupes qui diffèrent d’une année à l’autre. Cette différence est certainement due à une meilleure connaissance du problème lié aux piqûres scorpioniques et ainsi, à la nécessité d’un traitement ou non. La diminution des cas non traités en 2005 est du au faible effectif des patients piqués en cette année et à l’arrivée au centre de santé de personne nécessitant un traitement.

Page suivante : 3.9. Distribution selon l’hospitalisation et l’année

Retour au menu : Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc : cas de la province de Khouribga