3. 13. Distribution selon l’évolution et l’année (fig. 83)

Non classé

Figure 83 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

Fig. 83 : Répartition des patients guéris et décédés selon les années

Ces résultats montrent que le nombre maximal d’évolution favorable des piqués par le scorpion se situe en 2003 et que le nombre maximal des décès en 2001. De plus, la courbe représentant le taux de létalité spécifique pour chaque année est en parfaite concordance avec celle des décès, avec respectivement de 2001 à 2005: 1.34%, 0.32%, 0.31%, 0.31% et 0.61%.

Le fait que malgré l’augmentation de l’effectif entre 2001 et 2003, le nombre de décès a diminué révèle une meilleure prise en charge des patients par le personnel médical et à l’arrivée plus précoce des piqués aux structures sanitaires (cf. figure B33). La légère augmentation des décès entre 2004 et 2005 peut être attribuée à la diminution de l’effectif des piqués et à une meilleure connaissance du problème par la population. En effet, le temps post piqûre (TPP) des référés est supérieur à celui des non référés comme le montre la figure 84. En effet, seul 51% arrivent avant 1heure contre 56% chez les non référés.

Figure 84 Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc  cas de la province de Khouribga

Fig. 84 : le TPP en fonction de la référence

L’analyse de la variance révèle une différence hautement significative (F=427.09 et p<0.001).

Page suivante : V - Analyse des relevés mensuels au niveau des délégations marocaines

Retour au menu : Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc : cas de la province de Khouribga