2.3.2-Piégeage du carbone.

Non classé

La vie étant intimement liée à l’environnement qui influe directement sur elle, il est évident que la destruction de la micro-forêt du PV conduirait automatiquement à une décomposition de la biomasse qui s’accompagne d’émissions de dioxyde de carbone (CO2). Dans sa microstructure, la protection du PV et la gestion des ressources qu’il offre à la vie humaine des citadins de Douala sont capitales parce que la richesse et la diversité des bénéfices sont étroitement liées à la qualité des écosystèmes.

Le PV se présente comme un élément de lute contre le changement climatique à Douala en même temps qu’il jouerait le rôle d’espace de transition entre la terre et l’eau. Parce qu’il constitue un microréservoir de biodiversité, un patrimoine naturel irremplaçable remplissant des fonctions « d’infrastructures naturelles » inégalables.

Du point de vue des changements climatiques, le PV est un grand réservoir de stockage des quantités importantes de carbone .A l’inverse, sa dégradation le transformerait en une importante source additionnelle de carbone atmosphérique. C’est dire que arrêter la déforestation, le dessèchement, les feux de brousse et autres constructions sauvages ,bref prendre soin du PV participerait à la solution au changement climatique dont les effets négatifs affecteraient la santé humaine :maladies respiratoires dues à l’augmentation des gaz à effets de serre, mortalité des jeunes enfants et des personnes âgées pendant les vagues de chaleur ou encore accélération des réactions chimiques et physiques comme les cancers de la peau à cause de l’appauvrissement de l’ozone atmosphérique.

Page suivante : 2.2.3-Les dangers de la diminution de la biodiversité du fait de la déforestation du PV

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.