2.3.2-filtre biologique :

Non classé

de par sa végétation le PV jouerait le rôle de siège privilégié de dégradation biochimique, dues (grâce notamment aux bactéries, de désinfection par destructions des gênes pathogènes grâce aux ultraviolets, d’absorption et de stockage par les végétaux de substances indésirables ou polluantes…). Par les jeux de ruissellement et d’infiltration des eaux, le PV en ce qu’il peut jouer à son mini- échelon le rôle d’éponge, contribuerait à la régulation du régime des eaux dans le bassin de Douala en favorisant la réalimentation des nappes souterraines..

En période des crues, les eaux superficielles sont transférées par le cours d’eau le Nkondi qui retrouve la rivière Banya vers le fleuve Wouri. Autrement dit le PV absorbe momentanément l’excès d’eau puis le restitue progressivement lors des périodes de sécheresse. Ce rôle, cette fonction participe tout simplement aussi à l’action de régulation des régimes hydrauliques en ce qu’il diminue l’intensité des crues et soutient les débits des cours d’eaux en période d’étiage (basses eaux) ou alimente en eau certaines nappes phréatiques superficielles.

Page suivante : 2.4-L’intérêt lié à la biodiversité.

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.