2.3-Intérêts écologiques du PV.

Non classé

Le PV de Douala tire sa particularité de sa localisation dans une zone ou une région où l’eau est le principal facteur qui contrôle le milieu naturel et la vie animale et végétale associées. Ce qui peut nous faire affirmer que la nappe phréatique ici affleure au point que les eaux peu profondes recouvrent les terres. Ce qui lui confère une importance singulière.

L’atout écologique du PV ne peut s’observer qu’au travers de la spécificité de son milieu. Zone humide gorgée d’eau (le PV embrasse les caractéristiques des zones humides(77)), il pourrait contribuer au maintien et à l’amélioration de la qualité de l’eau en agissant comme un filtre épurateur :

77 Sur le plan juridique, on définit une zone humide comme les terrains, exploitées ou non, habituellement inondées ou gorgées d’eau douce ,salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ;la végétation, quand elle existe y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année. Mais selon la Convention de Ramsar une optique plus large a été adoptée et reconnaît les zones humides comme des étendues de marées, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce ou saumâtre ou salée, y compris des étendus d’eau marine dont la profondeur n’excède pas six mètres. La Convention de Ramsar sur les zones humides est un traité intergouvernemental adopté le 2 Février 1971à Ramsar en Iran dont le but est de protéger les zones humides d’importance internationale. C’est également un label de reconnaissance internationale et non une protection règlementaire ou une mesure contraignante. Elle est entrée en vigueur en 1975 et regroupe aujourd’hui 158 pays. La désignation de sites au titre de la Convention de Ramsar constitue un label international qui récompense et valorise les actions de gestion durable de ces zones et encourage ceux qui les mettent en oeuvre. La liste des zones humides d’importance internationale comporte à ce jour environ 1828 sites pour une superficie de 168 millions d’hectares. Le Cameroun a adhéré à la Convention relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau adoptée en 1971 et amendée en 1982 et 1987.Le 20 Mars 2006,le Cameroun a déposé auprès du Directeur Général son instrument d’adhésion à la Convention relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau, telle qu’amendée en 1982 et 1987.Conformément à l’article 2 de la Convention, la zone humide « the Waza Logone Flood Plain » a été désigné par le Cameroun pour figurer sur la liste des zones humides d’importance internationale établie en vertu de cette Convention. En application de son article 10 (2), la Convention telle qu’amendée en 1982 et 1987 entrera en vigueur à l’égard du Cameroun quatre mois après le dépôt de cet instrument d’adhésion, c’est –à – dire le 20 Juillet 2006.

Page suivante : 2.3.1-filtre physique :

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.