2.1. PRESENTATION DU RESEAU A3C

Non classé

. Historique d’A3C

Le réseau d’Association des CVECA et CECA du Centre réseau (A3C) a été créé en juin 2006 au terme du processus de reconfiguration de trois anciens réseaux locaux mis en place entre 1995 et 2005 dans le cadre du Projet Crédit Rural Décentralisé (PCRD). En effet, le PCRD a vu le jour grâce au financement de l’Agence Française de Développement (AFD) et de l’Union Européenne(UE) sous la maîtrise d’ouvrage du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), la maîtrise d’oeuvre de Microfinance et développement (MIFED) et l’assistance technique du Centre International de Développement et de Recherche (CIDR). Le réseau est reconnu sous le numéro N°00743/RDA/J06/BAPP du 12 juillet 2006 et agréé comme organe faitier sous le numéro N°07/474/MINEFI du 29 mai 2007.

. Mission d’A3C

L’A3C a pour mission de favoriser la solidarité, les échanges et la coopération entre les caisses membres dans l’intérêt général des adhérents à la base en veillant à leur bon fonctionnement et au respect de la réglementation s’appliquant au secteur en zone CEMAC. Mais aussi d’amener le gouvernement camerounais à faciliter l’accès au financement des secteurs du monde rural par la promotion d’une offre de services financiers de proximité pérenne.

. Organisation du réseau

L’organe faitier du réseau du Centre est constitué :

- D’une Assemblée Générale (AG), composée de toutes les caisses représentées au niveau des trois unions locales (sections électives et représentatives sans statut juridique) ;
- D’un Conseil d’Administration (CA) formé de 10 administrateurs chargés de la mise en œuvre de la politique générale et des orientations stratégiques liées au pilotage du réseau ;
- D’une Direction composée d’un directeur général et de son adjoint, agréés qui assurent la gestion opérationnelle et financière quotidienne de l’organe faitier ;
- D’un Conseil de Surveillance (CS) avec 3 membres.

Une assistance technique de qualité est assurée par le CRATED (Centre de Recherche et d’Appui Technique au Développement) appuyé par le MIFED. Le réseau a construit une articulation avec la BICEC, une banque classique pour bénéficier du refinancement.

. Zones d’intervention

Le réseau couvre 6 départements de la Région du Centre par ses caisses qui sont au nombre de 69, reparties ainsi qu’il suit :

Tableau 1 : Répartition des caisses du réseau A3C dans la Région de l’étude durant l’année 2010

Répartition des caisses du réseau A3C dans la Région de l’étude durant l’année 2010

Il convient ici de préciser que les caisses qui intéressent l’étude sont celles partenaires du PADMIR dont 22 sur les 69. Notons dans ce tableau 1 que toutes ces caisses n’ont pas encore eu d’agrément et celles ayant un agrément COBAC sont présentées dans l’annexe 5.

. Quelques chiffres du réseau

Le nombre de membres du réseau est estimé à 33 549 avec 13 144 femmes en 2010.

L’épargne mobilisée en 2010 est de 1 207 386 416 FCFA et 995 869 815 FCFA représentant respectivement les dépôts à terme et les dépôts à vue.

Le volume des crédits accordés est mentionné dans le tableau 2.

Tableau 2 : Répartition du volume de crédits accordés par genre en 2011

Répartition du volume de crédits accordés par genre en 2011

Il convient de préciser que ces crédits sont accordés pour les activités agricoles (34%), commerciales (29%) ; sociales (18%) et bien d’autres (19%) (A3C, 2011).

2.1.1. Présentation des CVECA et CECA

. Sociétariat

La CVECA et la CECA sont des banques villageoises conçues pour offrir des services financiers de proximité aux populations (hommes, femmes, jeunes) défavorisées et groupes formels ou informels des zones rurales et semi-rurales. Elles sont généralement implantées dans un ou plusieurs villages et hameaux. L’adhésion d’un membre donne lieu au paiement d’un droit d’adhésion unique et non remboursable. Ce droit varie selon qu’on soit un individu ou un groupe.

L’ensemble des droits d’adhésion constitue le capital social de la caisse. Le nouveau membre reçoit après son adhésion un livret intitulé « livret de l’adhérent » sur lequel toutes les opérations qu’il aura à mener avec la caisse seront reportées.

. Le mode de fonctionnement d’une CVECA/CECA

Le principe de base du fonctionnement d’une CVECA est l’autogestion d’où le mot « Autogérée » dans le sigle. L’administration se fait à trois niveaux : l’Assemblée Générale (AG), le Comité de Gestion (COGES) et les Gestionnaires.

L’AG est l’organe suprême et souverain d’une CVECA. Elle est ouverte à tous les membres de la caisse et se réunit une ou deux fois par an en AG ordinaire. En dehors de ces réunions statutaires, elle se réunit en AG extraordinaire chaque fois que cela est nécessaire ; son rôle étant de :

- Définir les règles de fonctionnement de la caisse, lesquelles sont consignées dans le règlement intérieur ainsi que ses grandes orientations ;
- Elire les responsables financiers et administratifs (COGES, caissier, contrôleur…etc) ;
- Approuver les comptes et déterminer l’affectation des résultats.

Le COGES qui dans certaines caisses joue aussi le rôle du comité de crédit, est désigné par l’assemblée générale de la caisse. Il est composé de 5 à 15 personnes en fonction de la taille de la caisse. Ce comité a pour fonction de :

- Décider des octrois de crédits ;
- Assurer le suivi et le recouvrement des crédits ;
- Organiser les assemblées générales et toutes autres réunions jugées nécessaires au fonctionnement de la caisse ;
- Représenter la caisse vis-à-vis de l’extérieur ;
- Appliquer les décisions prises en AG ;
- Faire respecter le règlement intérieur.

Les gestionnaires

Le caissier a pour rôles de :

- Effectuer les opérations de caisse ;
- Tenir les documents comptables ;
- Enregistrer les demandes de crédit ;
- Exécuter les décisions du comité de gestion.

Le contrôleur interne a pour attributions :

- Vérifier et contrôler le travail du caissier ;
- Réaliser les états financiers simplifiés sous le regard du contrôleur financier (appui externe) ;
- Rendre compte au COGES et à l’AG de la situation financière ;
- Exécuter les décisions du COGES.

La majorité de ces fonctions sont bénévoles (indemnités variant entre 5 000 et 10 000Fcfa/mois).Toutefois l’assemblée générale peut décider du versement d’une indemnité annuelle aux gestionnaires, prise sur le résultat de l’exercice n-1 quand celui-ci est positif.

Il est à noter que les CECA tendent à devenir de vrais sociétés financières avec des directions et salariés comme c’est le cas de la CECA de SA’A, ce qui entraine des réorganisations statutaires différentes plus ou moins des CVECA.

Page suivante : 2.2. CLARIFICATION DES CONCEPTS

Retour au menu : ANALYSE DE L’ACCESSIBILITE DES FEMMES AUX SERVICES FINANCIERS AUPRES DES ETABLISSEMENTS DE MICROFINANCE DU RESEAU A3C