2. Transdisciplinarité, pluridisciplinarité, interdisciplinarité – définitions

Non classé

Lʼutilisation par les milieux culturels des termes se rapportant à la cohabitation, voire au mélange des disciplines artistiques, et en général des champs de lʼart contemporain, est floue. En général, les différents termes sont utilisés les uns pour les autres. Pour le besoin de cette étude, et parce quʼil nous paraît nécessaire et utile de mieux cerner les différents termes en présence, nous tenterons une définition basée sur la pratique autant que sur des études similaires, ainsi que sur les définitions plus établies que ces termes ont dans le domaine de la recherche scientifique, dont ils sont issus.

2.1. Les disciplines artistiques

En Suisse et dans la grande majorité des pays, lʼencouragement à la culture, la présentation des projets artistiques au public ainsi que la consommation culturelle par le public lui-même sont, en grande majorité, segmentés en disciplines spécialisées: danse, théâtre, musique, arts visuels, cinéma, architecture…

Ainsi, dans son glossaire, le Conseil des Arts du Canada définit le terme « discipline » comme étant « une forme dʼart telle que la danse, la musique ou la création littéraire ». On se réfère aussi au « genre » ou « domaine de spécialisation » et à la forme dʼart comme étant « le support ou le domaine de spécialisation dans lequel travaille un artiste, par exemple, le théâtre, la création littéraire et la musique ».(1)

Corinne Charpentier, directrice du centre dʼart Fribourgeois Fri-Art, remet en question lʼutilisation du terme discipline. «La notion de discipline et lʼacceptation dʼun découpage disciplinaire est culturel. Lʼusage du terme discipline, dans les deux propositions, est à mon sens à remettre en question. Au terme de transdisciplinarité, je préfère lʼidée de multimédia, au sens de plusieurs médiums, plusieurs moyens.»

Yan Duyvendak abonde dans cette direction: «la notion de disciplines dans les travaux artistiques fait de moins en moins sens. De plus en plus de gens travaillent en utilisant des moyens qui viennent des différentes disciplines, pour dire des choses pertinentes ou pas. On choisit ses moyens en fonction de ce quʼon a envie de dire, pas lʼinverse. Ce nʼest pas que lʼon se soumet à une discipline et quʼon essaie de dire des choses dans cette discipline-là.»

2.2. Pluridisciplinarité et multidisciplinarité

Les termes pluridisciplinarité et multidisciplinarité (en art) désignent le côtoiement des disciplines au sein, par exemple, dʼun spectacle ou dʼun festival. Ces disciplines ne sʼinfluencent que faiblement, par capillarité, et interagissent peu. En définitive, si lʼon observe le résultat, on ne peut évoquer une œuvre, mais plusieurs. Cʼest en quelque sorte le niveau minimum du mélange de disciplines.(2)

Exemples: Un festival invite une troupe de théâtre à se présenter et organise dans la salle attenante une exposition de sculpture ou un concert.(3) Un spectacle propose à un musicien de jazz dʼimproviser en même temps quʼun peintre qui fait un tableau.

2.3. Interdisciplinarité

Le terme interdisciplinarité, dans le domaine des arts, est moins utilisé en français que son équivalent interdisciplinarity dans les pays anglo-saxons et la documentation mondialisée. Il caractérise généralement une approche commune dʼun sujet tenant compte de plusieurs approches, plusieurs champs. Il désigne typiquement des phénomènes dʼhybridations de formes artistiques, créant une oeuvre entre les disciplines, appartenant à une nouvelle forme hybride.

Exemple: le travail de Massimo Furlan, plasticien et scénographe lausannois, qui sʼest confronté au théâtre en travaillant avec Denis Maillefer et est devenu par la suite metteur en scène de spectacles scénographiques hybrides.

En sciences, lʼapproche interdisciplinaire implique, dans le même ordre dʼidées, la collaboration de spécialistes de plusieurs disciplines académiques, étudiant le même sujet.(4)

2.4. Transdisciplinarité

Le terme transdisciplinarité, si il est parfois admis en art comme lʼexact synonyme dʼinterdisciplinarité (5), désigne une notion plus complexe que la simple hybridation des formes. En effet, sa racine même (trans-) la situe à la fois entre, à travers et au-delà de toute discipline, et donc un dépassement de la notion même de discipline artistique. La notion de transdisciplinarité se distingue ainsi de la pluridisciplinarité et lʼinterdisciplinarité en ce sens quʼelle déborde les disciplines dʼune part, et dʼautre part que sa finalité ne reste pas inscrite dans la recherche disciplinaire proprement dite.(6)

Nous utiliserons donc ce terme dans son acception la plus large, qui sʼavère bien utile pour désigner les mélanges de disciplines autant que les projets inclassables. Comment en effet appréhender les oeuvres dʼart, de plus en plus nombreuses au fur et à mesure de lʼextension du concept même dʼart, qui échappent totalement à la catégorisation en disciplines, et ne sauraient être définies comme une hybridation?(7) Il nous parait judicieux de pouvoir aborder
ainsi sans a priori les nouvelles formes artistiques.

Simon Depierraz et Aurélien Collas, Hé! Ho!, 2009, Les Urbaines

Simon Depierraz et Aurélien Collas, Hé! Ho!, 2009, Les Urbaines, Lausanne © photo Nelly Rodriguez

Exemples:

- Le projet Hé! Ho!, présenté aux Urbaines 2009, propose au public dʼobserver à la jumelle deux matelots qui essayent désespérément, depuis un voilier, de communiquer avec la terre ferme.
- Les projets présentés dans lʼespace public à Fribourg pendant le Belluard Bollwerk International, dont par exemple le projet Tschou Tschou qui propose une visite des endroits insolites de la ville en petit train touristique.

Le terme suscite néanmoins la méfiance, voir le refus, de certaines personnes interviewées. Sally de Kunst, directrice du Belluard, a par exemple simplement refusé de répondre au questionnaire préalable. Sa réponse va dans le sens de cette définition: «Je ne peux remplir ton questionnaire. Je ne trouve la discussion autour de trans-pluri-interdisciplinarité pas pertinente pour le Belluard Festival. Nous sommes un festival d’art.»

La notion de transdisciplinarité semble en effet obsolète pour certains, galvaudée après une utilisation intensive dans les années 90, souvent pour désigner de manière réductrice les arts de la scène utilisant les techniques des autres disciplines. Sandrine Kuster, directrice de lʼArsenic, va dans ce sens: «Je pense que cette thématique est intéressante mais je me demande aussi si elle est encore pertinente aujourdʼhui.» Il nous paraît au contraire que la question, loin dʼêtre réglée, est, sous une acceptation contemporaine englobant tous les inclassables des divers champs artistiques, un des enjeux majeurs de ces prochaines années.

Certains préfèrent alors inventer leurs propres termes. Cʼest le cas du magazine Mouvement(8), décrit jusque tout récemment comme «lʼindisciplinaire des arts vivants». Ce terme semble lui aussi avoir été galvaudé par ses propres concepteurs, puisque Mouvement lʼabandonne en juin 2009, consacrant un numéro entier à sa critique intitulé «Merde à lʼindiscipline».

«En appelant cette revue «lʼindisciplinaire de arts vivants», nous voulions essentiellement manifester une curiosité en éveil, ouverte à tous les champs de la création contemporaine. Que les oeuvres qui, ces dernières années, ont prioritairement retenu notre attention, aient été «hybrides», cʼest tout simplement quʼelles nous semblaient plus particulièrement répondre à une époque complexe, dont la lecture ne saurait être linéaire. [...]

Ce «Merde à lʼindiscipline!» nʼest donc en rien un renoncement à ce qui nous a animé jusquʼà présent. Mais de cette «indiscipline» esthétique, nous ne voulons faire une chapelle [...]»(9)

1 cf Rachael Van Fossen [et al.], Sʼouvrir: Vers une vision élargie des arts multidisciplinaires au Canada. Rapport de recherche préparé à lʼintention du Groupe de travail multidisciplinaire du Conseil des Arts du Canada. Février 2007.
2 cf Wikipedia: Pluridisciplinarité 12.06.2010.
3 cf Angelina Berforini, Pluridisciplinarité contre transdisciplinarité – Retour sur le Festival de La Bâtie, à Genève. Revue Mouvement, 22.09.2009.
4 cf Wikipedia, Interdisciplinarity. 12.06.2010
5 cf Jacques Sirot et Sally Jane Norman, Trandisciplinarité et genèse de nouvelles formes artistiques. Leonardo/Olats, novembre 1997.
6 cf Wikipedia, Transdisciplinarité. 12.06.2010
7 cf Rachael Van Fossen [et al.], Sʼouvrir: Vers une vision élargie des arts multidisciplinaires au Canada. Rapport de recherche préparé à lʼintention du Groupe de travail multidisciplinaire du Conseil des Arts du Canada. Février 2007.
8 «Mouvement, « lʼindisiciplinaire des arts vivants », est une revue française à parution trimestrielle. Dédiée à la création contemporaine, elle propose une manière de traduire la transversalité des formes artistiques (danse, théâtre, arts visuels, musique…) tout en engageant une analyse critique des enjeux esthétiques, culturels et politiques du monde dʼaujourdʼhui.» Mouvement (revue), Wikipedia, 22 juillet 2010.
9 Jean-Marc Adolphe et David Sanson, éditorial Merde à lʼindiscipline! Mouvement, juin-septembre 2009

Page suivante : 3. Quelques exemples historiques

Retour au menu : La création transdisciplinaire contemporaine en Suisse romande : problématiques et perspectives