2- Toxines du venin de scorpion et cancer

Non classé

Aux Etats Unis, à l’université d’Alabama à Birmingham, un neurophysiologiste Harold Sontheimer découvre qu’une toxine «chlorotoxine », molécule du venin de scorpion, est capable de s’attaquer à une maladie incurable appelée Gliome responsable de la mort de bien plus de gens que la piqûre de scorpion. En effet, le Gliome est une tumeur cancéreuse du cerveau très difficile à traiter. Son pronostic est particulièrement sombre puisqu’elle est responsable de la mort de 12 000 à 18 000 personnes par an (28 000 cas de Gliome chaque année) (Duchanan 2003). Près de 20 000 cas sont diagnostiqués chaque année aux états unis et le taux de survie à 2 ans est de 25%…..(Barinaga 1998).

H. Sontheimer et al. (University of Alabama) ont identifié dans chacun des Gliomes, un canal ionique qui permet au chlore et aux autres anions de traverser la membrane des cellules gliales malignes, mais qui n’est pas retrouvé dans les cellules gliales normales ou dans le tissu cérébral normal (Barinaga 1998).

La chlorotoxine est une petite toxine de scorpion contre les insectes. Cette toxine bloque les canaux chlore (cl-) et inhibe aussi de manière significative les propriétés invasives des cellules gliomateuses malignes. Elle a une structure semblable à la charybdotoxine, qui, toute deux (chlorotoxine et charybdotoxine), ainsi que l’agitoxine I et II, et la scyllatoxine sont les cinq principales protéines isolées du venin de Leirus quinquestriatus.

La chlorotoxine s’arrime comme un missile téléguidé aux cellules cancéreuses du cerveau sans toucher les autres cellules. Un jeune patient, Duan Rualo ayant subi plusieurs opérations sans succès, puisque la tumeur recommençait à pousser, se porta volontaire pour les premiers essais qui consistent en l’inoculation du venin au coeur de la tumeur à l’aide d’une seringue, en Août 2002. Les radiographies ont révélé que la toxine ne s’est fixée que sur la tumeur du cerveau et nulle part ailleurs. Depuis, Duan a peu à peu récupéré des facultés qu’il croyait perdues pour toujours alors qu’il était prévu qu’il allait mourir en septembre (1 mois après sans l’intervention).

Le venin de scorpion pourrait cibler d’autres formes de cancer et serait donc une bénédiction pour l’humanité. Les gens auraient une attitude plus tolérante envers le scorpion et le protègeront avec le même acharnement. (Duchanan 2003).

ESCOZUL est un produit naturel dont le principe actif est le venin bleu de scorpion. Il est utilisé comme traitement alternatif contre le cancer. Il agirait en limitant la prolifération des cellules cancéreuses, mais son efficacité n’est pas encore reconnue scientifiquement (Prensa Latina 2009).
La mauvaise réputation du scorpion connaît-elle ses derniers jours ?

Certains chercheurs (Michael Gurevitz) pensent même à utiliser quelques venins de scorpions efficaces contre les insectes et restreindre leur toxicité aux insectes cibles pour créer un pesticide écologique (Blaise Mao 2010).

Page suivante : II - Matériel et méthode

Retour au menu : Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc : cas de la province de Khouribga