1)b. Femmes dans la sphère masculine : les guerrières

Non classé

Plusieurs femmes sont hors de la sphère féminine, hormis Dora : dans Porco Rosso, Fio Piccolo travaille dans un garage d’avions, travail manuel souvent réservé aux hommes. Mais celles qui sont le plus éloignées de cette sphère traditionnelle des femmes en intérieur, ou travaillant dans des milieux réservés aux femmes, sont les guerrières. Ces dernières sont à l’extrême opposé des ryosai kembo. Comme Dora, qui dirige un clan de pirates et donc utilise les armes, les guerrières les plus impressionnantes sont Nausicaä, Kushana, Dame Eboshi et San.

Nausicaä et Kushana sont deux princesses défendant leurs idées respectives et opposées. Toutes deux portent les armes, savent s’en servir et n’hésitent pas à les utiliser. Lorsque Nausicaä découvre que son père a été tué, elle tue à son tour les hommes responsables. La haine s’empare d’elle. Kushana, quant à elle, utilise la violence sans les mêmes motivations que Nausicaä : elle porte une haine profondément ancrée en elle, et n’a pas d’état d’âme, tandis que Nausicaä avait agi sous l’impulsivité.

Figure 22 L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Kushana porte constamment une armure, c’est une véritable guerrière qui ne vit que pour se venger.

Figure 23 L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Cependant, les guerrières qui offrent la démonstration la plus spectaculaire de leurs capacités sont San et Dame Eboshi. Ces dernières se livrent en un véritable duel au sein du village, devant la foule des habitants admiratifs. La rapidité du combat, sa violence et la maîtrise des armes dont font preuve les deux femmes montrent que Miyazaki a souhaité prouver que les femmes étaient capables de se battre comme des hommes, peut-être même mieux. Cette impression est donnée notamment lorsque San marche sur le visage de Gonzo, le surpassant lors de son attaque, souhaitant se diriger au plus vite vers sa vraie ennemie, Dame Eboshi.

Figure 24 L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Figure 25 L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Figure 25' L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Ces plans montrent un duel acharné entre les deux femmes. Le premier plan montre San en costume de guerre, avec sa fourrure et son masque, afin de ne pas avoir le visage découvert. Les couleurs du masque rappellent les peintures de guerre (rouge, ocre).

Dans le second plan, elle s’apprête à sauter ; nous la voyons accourir vers la caméra, en contre-plongée, ce qui montre qu’elle sera une combattante redoutable et rapide. L’action de déroule ensuite très rapidement, en l’espace de quelques secondes.

Dans le troisième et quatrième plan, nous voyons Dame Eboshi accompagnée de deux femmes, tirer sur San. Remarquons que les tireuses sont à nouveau des femmes.
Tombée à terre, San se relève, attaquant Ashitaka dans le cinquième plan, puis sautant jusqu’à Dame Eboshi en utilisant le nez de Gonzo comme tremplin dans le sixième plan.

Plans 7 à 10 : Eboshi et San s’affrontent.

Dans le onzième plan, nous voyons que la foule s’est amassée en cercle autour des deux combattantes, les acclamant. Les hommes regardent ce spectacle et encouragent leur maîtresse, Dame Eboshi.

Dans le douzième plan, Ashitaka s’est interposé entre les deux femmes. Il croise ici le fer avec Dame Eboshi, qui n’a visiblement pas peur de lui, et persiste à vouloir se battre.

Cela prouve que ces guerrières ne redoutent pas les hommes comme adversaires.

Une dernière image de Dame Eboshi montre sa qualité de guerrière : au milieu de ses guerriers anonymes car masqués, elle se détache comme étant la meneuse : plus grande, par sa taille, elle surplombe la troupe. Point important à noter : ses habits se détachent également du reste des guerriers, étant de couleurs bleue et rouge, tranchant avec le blanc et orange des guerriers. Cela montre qu’il s’agit d’un personnage unique parmi une foule d’anonymes.

Figure 26 L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI

Dame Eboshi mène ses guerriers dans Princesse Mononoké, (00 : 35 : 42)

Page suivante : 2)Les femmes comme porte-parole de messages : capacité des femmes à communiquer avec un autre monde

Retour au menu : L’IMAGE DE LA FEMME JAPONAISE DANS LE CINEMA D’HAYAO MIYAZAKI