1.5. Les limites de la recherche

Non classé

Notre recherche est à considérer dans le cadre des limites qui sont les siennes, et qui ont probablement influencé les résultats. L’une des limites est relative à la méthode d’échantillonnage choisie. Les sous-échantillons de convenance tirés dans les strates, excluent la représentativité et ne nous autorisent aucunement, par voie de conséquence, à étendre nos résultats à l’ensemble de l’enseignement supérieur universitaire. Par ailleurs, la procédure d’enquête choisie, à savoir par le truchement du questionnaire auto-rapporté ne laisse certainement pas d’impacter sur les résultats. La nature de l’instrument combiné à la nature du problème nous laisse croire que le biais de désirabilité sociale ne manquerait pas d’orienter un tant soit peu nos résultats. Aussi, réitérons-nous la circonspection quant à leur l’interprétation. En outre, la généralisation est d’autant plus inappropriée que les comportements de tricherie tels que le plagiat électronique, rapporte la littérature, ont tendance à être sous rapportés dans des études telles que la nôtre. En fin, une autre limite et non des moindres se rapporte au traitement statistique des données. Dans bien des cas, nous avons été contraints à opérer des regroupements de variables pour pouvoir les traiter, et bien que nous ayons trouvé quelques significations statistiques, il est recommandé de les interpréter avec prudence. Tout cela naturellement sans compter le biais inhérent au chercheur. Sa position, ses assomptions et ses perceptions représentent un biais potentiel qui pourrait empreindre l’analyse et l’interprétation des résultats.

Page suivante : 1.6. Cadre théorique

Retour au menu : LE PLAGIAT ẾLECTRONIQUE AU NIVEAU DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR UNIVERSITAIRE PUBLIC : ETAT DES LIEUX, PROPOSITIONS DE PISTES DE PRẾVENTION ET DẾTECTION CAS DE L’UNIVERSITẾ SULTAN MOULAY SLIMANE DE BENI MELLAL