1.4.5 Difficultés et limites d’études

Non classé

Les difficultés rencontrées lors de la réalisation de cette étude sont de deux ordres :

– La première difficulté est d’ordre organisationnel, du au retard accusé par le PGTCV dans la fourniture des fiches de suivi ménage ; à cela il faudrait ajouter le problème de liaison entre le stagiaire dans son lieu d’études et le Projet PGTCV à Boda, cette distance évaluée à environ 53Km ; Ceci a pour conséquence un double travail effectué par le stagiaire : il fait le suivi ménage dans un bloc note pendant une semaine et dès l’arrivée des fiches, il faut reprendre les informations collectées sur les fiches de suivi ; soit un total de 105 fiches à remplir en plus le suivi continue, ce qui a posé un problème de temps matériel pour contrôler quotidiennement les fiches à la fin de suivi journalier.

– La deuxième difficulté est d’ordre opérationnel, les difficultés d’ordre opérationnel concerne le caractère du suivi ménage qui est régulier ce qui démotive les chefs de ménage à cause de la fatigue liée aux travaux agricoles et/ou extra-agricoles ou du moins qu’ils n’ont pas mangé à leurs faims et/où un des membres de la famille est malade ou en malheur.

La difficulté majeure observée est la réticence des femmes et certains hommes, chefs de ménage à livrer les informations relatives aux revenus générés par les activités effectuées ; au début cette réticence était active mais à la longue elle semble être passive du fait que ces personnes sont rodées et sensibilisées.

Enfin, nous notons la méfiance de la dite population vis-à-vis du projet PGTCV quand à la livraison intégrale des informations liées aux activités de chasse ; des informations telles le propriétaire du fusil, le nombre de cartouches payées et utilisées, le nombre d’animaux abattus ainsi que leurs sexes) et ceci dans le but de s’échapper à une éventuelle répression de la part des éco gardes du projet ECOFAC.

Les limites de cette étude sont les suivantes :

– La notion de temps qui n’est pas bien perçue par ces populations, le temps alloué au travail et le temps de départ et retour du village, Par exemple le paysan quitte le village à 8h 30 pour aller au champ, lors de l’enregistrement du questionnaire ménage, il a déclaré le départ qu’il avait quitté la maison à 7h 00.

– Rien 40-50% de la production de chasse qui est déclarée ; ce qui a pour conséquence une sous-estimation des revenus de chasse en particulier et des revenus ménages en général ; mais nous notons un cas exceptionnel pour le ménage (I) parmi les 15 ménages suivis.

– Rien que 30-40% des montants de vente des diverses productions qui sont observés par l’enquêteur au moment de l’enregistrement tandis que le montant d’argent généré par la production est entièrement observé du fait que l’enquêteur était observateur pendant les achats du café des ménages suivis

– En fin le manque de temps matériel pour relever les points GPS et mesurer les distances des différents terroirs villageois (terroir agricole, terroir de chasse et de cueillette), recenser les populations et le manque de matériels sophistiqués pour évaluer le niveau des différentes pentes observées, et le niveau de la couverture forestière, savanicole et agricole.

Page suivante : CHAPITRE 3 : PRESENTATION DES RESULTATS ET ANALYSES

Retour au menu : Etude de la contribution des ressources naturelles aux budgets des ménages ruraux : Cas du village BANGA (République Centrafricaine)