1.4.4.1.1- Absorption

Non classé

Administré par voie orale, le paracétamol est rapidement et presque totalement
absorbé au niveau du tractus gastro-intestinal par diffusion passive. L’absorption est beaucoup
plus rapide dans l’intestin grêle que dans l’estomac (RAINSFORD, 2004). Quoiqu’elle soit un
peu ralentie par l’alimentation, l’absorption permet l’obtention d’un pic plasmatique au bout
de 30 à 60 minutes après ingestion (BEGUE et ASTRUC, 1999). Le paracétamol subit une
biotransformation hépatique dès le premier passage hépatique, quant à sa biodisponibilité
absolue, elle est satisfaisante et avoisine les 80% (SERRIE et THUREL, 2002 ; ZETLAOUI
et LENOBLE, 2004), voire les 90% pour les formes effervescentes (GAUDY, 1999).

Lors d’une administration rectale, l’absorption du paracétamol est aléatoire et son
délai est plus long que celui d’une prise orale, d’ailleurs le pic plasmatique n’est obtenu qu’au
bout de 2h (DE BROCA, 2005) avec une biodisponibilité réduite de 10 à 20% (SERRIE et
THUREL, 2004).
Pour la voie injectable, l’administration du paracétamol en intraveineuse permet certes
son passage direct dans la circulation, ce qui en fait d’ailleurs une voie privilégiée dans les cas
d’urgence, mais en termes d’efficacité, celle-ci ne présente aucun avantage par rapport à la
voie orale (ELLRODT, 2005).

Page suivante : 1.4.4.1.2- Distribution

Retour au menu : Mesure de l’impact toxique du paracétamol à doses thérapeutiques chez 11 alcooliques adultes volontaires à travers le dosage des taux de quelques marqueurs moléculaires de lésions hépatiques, et évaluation du danger encouru par deux présumés intoxiqués par ce médicament