1.3 REVUE DE LA LITTERATURE

Non classé

Plusieurs ouvrages scientifiques traitant des sujets relatifs aux catastrophes naturelles ont été consultés. Il s’agira pour nous d’avoir une vision globale des événements pluviométriques extrêmes et de passer à l’analyse de ces derniers. Cette analyse nous permettra d’établir une relation entre les phénomènes pluviométriques extrêmes et les catastrophes naturelles.

Ainsi en 1996, Carry et Veyret ont montré que les phénomènes météorologiques sont à l’origine de plusieurs risques naturels, notamment les inondations, qui touchent régulièrement une bonne partie de la population. Toujours de la même, les inondations représentent plus du tiers de l’ensemble des cataclysmes recensés dans le monde.

De l’analyse des impacts environnementaux des pluies extrêmes sur la ville de Cotonou et de ses environs, Houndakinnou (2005), montre de 1931 à 2000, que les événements pluvieux extrêmes ont connu une augmentation. Pour l’auteur cette augmentation s’explique par la diminution du nombre de jours de pluie et des hauteurs d’eau dans la partie méridionale du Bénin sur la période 1970-1990. Les pluies surviennent moins mais avec plus d’intensité.

Page suivante : Chapitre 2 : Milieu d’étude

Retour au menu : ANALYSE DES PHENOMENES HYDROPLUVIOMETRIQUES EXTREMES EN RELATION AVEC LES INONDATIONS DE COTONOU 2010