1.1.7 Les fondements humanitaires et juridiques du droit d’ingérence(30)

Non classé

Le droit d‘ingérence oppose d‘un côté des humanistes qui entendent régir les relations internationales et leurs principes d‘action par les droits de la personne et de l‘autre côté les défenseurs des principes de souveraineté et de non-ingérence énoncés par le droit international, dont la violation risquerait de conduire à des interventions unilatérales. La vive réaction des juristes vis-à-vis de ce concept est liée au fait qu‘on leur a présenté un concept aux contours juridiques flous. Bien qu‘il jalonne une évolution marquante du droit humanitaire, le droit d‘ingérence n‘a acquis aucune consistance dans le droit international.

Les partisans et détracteurs du droit d‘ingérence s‘opposent autour de la tension entre la légitimité et la légalité de l‘intervention. Pour les premiers, l‘intervention humanitaire est légale parce que légitime. Elle gagne sa licéité par l‘adjectif « humanitaire » qu‘on lui accole. Les seconds, à l‘inverse, refusent toute légitimité à une intervention qui n‘aurait aucun fondement légal. De fait, la notion de « droit d‟ingérence » porte dans sa formulation même une contradiction juridique qui souligne les difficultés et les ambiguïtés de sa mise en application. L‘idée de droit d‘ingérence s‘est construite en opposition avec les principes fondamentaux de souveraineté et de non-ingérence dans les affaires intérieures d‘un État. Ces principes ont été énoncés dans le traité de Westphalie en 1648 et repris par l‘article 2.7 de la Charte des Nations Unies qui stipule en effet qu‘ « aucune disposition de la présente charte n‘autorise les Nations Unies à intervenir dans les affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d‘un État ».

Le droit d‘ingérence n‘a pas de définition juridique précise même si à l‘instigation de la France, deux résolutions ont été votées par l‘Assemblée générale des Nations Unies(AGNU) et précisent son application : la résolution 43/131 adoptée le 8 décembre 1988 institue une « assistance humanitaire aux victimes de catastrophes naturelles et de situations d‟urgence du même ordre » ; la résolution 45/100 votée par l‘AGNU le 14 décembre 1990.Cette dernière prévoit la mise en place de « couloirs humanitaires ». Cependant, si les deux textes définissent les modalités d‘une assistance humanitaire, ils réaffirment dans le même temps le principe de souveraineté des États. Le concept de droit d‘ingérence, de même, reste flou quant aux acteurs auxquels il s‘applique à savoir les États, les organisations humanitaires et les organisations de sécurité collective. C‘est pourquoi les juristes feront plus volontiers référence au « droit d‟assistance humanitaire », – mieux défini et déchargé de son contenu politique -, qui tente de résoudre la tension entre l‘assistance humanitaire et les principes de non-ingérence.

Pour Bernard Kouchner, son principal promoteur, le droit d‘ingérence s‘impose pour se substituer à ce qu‘il considère comme une protection inefficace des droits de la personne par le droit international. Or, les juristes contestent ce prétendu droit inaliénable qu‘auraient les États à massacrer leur propre population. Les Conventions de Genève et la Convention contre le Génocide disposent déjà d‘un droit contraignant. Le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies permet elle aussi d‘intervenir dans les affaires intérieures d‘un État en cas de « menace contre la paix ». Les interventions suscitées ont d‘ailleurs été menées pour la plupart en référence à ces outils traditionnels de la justice internationale.

Pour plusieurs auteurs, le déficit d‘efficacité des institutions onusiennes (lié notamment au droit de veto) vaut mieux qu‘une application extensive du droit d‘ingérence humanitaire qui, elle aussi, pourrait conduire à des dérives. Le droit d‘ingérence est certes encadré : l‘intervention humanitaire est régie par des principes restreignant son usage. L‘ingérence n‘est justifiée que dans le cas d‘une violation massive des droits de la personne. Les efforts diplomatiques et pacifiques doivent avoir tous été auparavant mis en oeuvre. Le degré de force utilisé doit être à la mesure de l‘objectif humanitaire et son usage doit se conformer aux principes du droit humanitaire international. Les États ont le droit d‘intervenir pour atténuer ou éviter une catastrophe humanitaire, dans le seul cas où le Conseil de sécurité est dans l‘incapacité d‘agir et que l‘intervention est légitimée par la communauté internationale.

Mais les détracteurs du droit d‘ingérence craignent que sous des prétextes humanitaires, il ne justifie des formes d‘ingérence impériales. Leur plus grande réserve concerne les limites à la fois théoriques et pratiques de l‘ingérence humanitaire et la difficulté à mettre en pratique les notions de neutralité et d‘impartialité. Les ingérences humanitaires effectuées au Timor ou en Yougoslavie ont révélé les logiques stratégiques et politiques des États intervenants. L‘ambiguïté majeure du droit d‘ingérence tient aux motivations d‘une telle intervention par des États mobilisés par la promotion de leurs intérêts nationaux. Ce débat sur les motifs de l‘ingérence humanitaire s‘est rouvert suite à l‘intervention américaine en Irak en 2003. Les positions divergentes de la France et des Etats-Unis notamment reflétaient la tension entre le droit et la légitimité internationale, le recours à la force et la promotion des intérêts liés à la sécurité internationale.

Le droit d‘ingérence humanitaire présente lui aussi des risques s‘il n‘est pas lui-même restreint. L‘argument du « deux poids, deux mesures » est souvent invoqué pour dénoncer la nouvelle forme d‘impérialisme vers laquelle une application sélective du droit d‘ingérence pourrait basculer. En effet, le principe de non-intervention a pour avantage de protéger les États les plus faibles contre les interventions des pays plus puissants. Il a été gagné au prix d‘une longue lutte menée par les États les moins puissants et visaient à mettre un terme au colonialisme et à l‘impérialisme occidental qui, eux aussi, avaient pris prétexte de l‘humanité civilisatrice pour mener leurs conquêtes territoriales. Aussi, cette remise en cause du principe de souveraineté a-t-elle rencontré l‘opposition des pays les plus pauvres. Réunis lors du sommet de la Havane en 2000, les chefs d‘État du G-77 ont rejeté le « droit d‟intervention humanitaire » incompatible selon eux avec la Charte des Nations unies. En Occident également, ses détracteurs émettent des réserves sur les domaines d‘application du droit d‘ingérence qui au-delà des ingérences humanitaires pourraient couvrir des ingérences démocratiques, écologiques ou judiciaires par exemple.

Enfin, la dernière critique concerne le risque de n‘intervenir que sur des terrains bénéficiant à la fois d‘une large couverture médiatique et d‘une commisération de l‘opinion publique tout en occultant les catastrophes humanitaires, parfois chroniques, situées dans l‘angle mort des médias.

Malgré ces réserves, les répressions violentes des minorités kurdes en Irak en 1988, celle de la place Tienanmen en 1989 en Chine, les massacres du Rwanda en 1994 ou encore ceux de Srebrenica(Serbie) en 1995 ont conduit à un consensus, au sein des instances de l‘ONU notamment, pour inscrire dans leur mandat les conditions d‘intervention en cas de violences massives, imminentes ou répétées des droits de la personne. « Le droit à la souveraineté des États est actuellement redéfini, et en même temps, la souveraineté de la personne a été renforcée par une prise de conscience accrue des droits de l‟homme », soulignait Kofi Annan en 1999. Dans son rapport du Millénaire en 2000, le Secrétaire général de l‘ONU appelait à instaurer une exigence morale faite au Conseil de sécurité pour agir au nom de la communauté internationale contre les crimes contre l‘Humanité. En réponse à cet appel, le gouvernement canadien en collaboration avec plusieurs fondations ont créé la Commission internationale de l‘intervention et de la souveraineté des états (CIISE) qui en décembre 2001 rendait son rapport sur La responsabilité de protéger, plantant ainsi un nouveau jalon du droit humanitaire international.

30 Sandrine Perrot.- Les fondements juridiques et humanitaire du Droit d‘ingérence.- Chercheure postdoctorale au Centre d‘études et de recherches internationales de l‘Université de Montréal (CERIUM) , paru sur le site operationspaix.com,http://www.operationspaix.net/Droit-et-devoir-d-ingerence

Page suivante : 1.1.8 Le droit d’ingérence et ses confusions

Retour au menu : Les enjeux de la transition politique et humanitaire : le cas de la crise politico-militaire et postélectorale en Côte d’Ivoire