1.1.4. QUATRIEME RAYON

Non classé

Le dernier rayon s’occupe da la « Coloration de Gram »et de la stérilisation des tubes.
Coloration de Gram

La coloration de Gram est la méthode de coloration la plus utilisée en bactériologie médicale; elle
permet de colorer les bactéries et de les distinguer à l’examen direct par leur aptitude à fixer le violet de
gentiane (Gram +) ou la fuchsine (Gram -). L’intérêt de cette coloration est de donner une information rapide
et médicalement importante.

La coloration de Gram est fondée sur l’action successive d’un colorant d’Aniline, le cristal violet, d’iode
puis d’un mélange d’alcool et d’acétone. Dans un premier temps, le colorant pénètre dans la paroi et le
cytoplasme. Dans un second temps, l’iode réagit avec le colorant et le rend insoluble. La perméabilité plus
grande des bactéries à Gram négatif à l’alcool permet la décoloration. Les bactéries à Gram positif restent
colorées en violet ou mauve. Une contre-coloration (par exemple en rose) permet de visualiser à nouveau,
les corps cellulaires des bactéries à Gram négatif.

1.1.4.1. MATERIELS

· Lames
· Colorants (VLAF) V : Violet de Gentiane

L: Lugol
A: Alcool + Acétone
F: Fuchsine

1.1.4.2. METHODE

- Réaliser un frottis ou un étalement ;
- Fixer la préparation à la flamme, sécher soigneusement puis laisser refroidir la lame ;
- Immerger les lames dans la solution de Cristal Violet pendant 1mm ;
- Lavage à l’eau en transvasant les lames ;
- Immerger les lames dans du Lugol en les agitant ;
- Laver à nouveau à l’eau ;
- Décolorer jusqu’à disparition de la couleur violette dans l’alcool en faisant couler goutte à goutte
sur la lame inclinée ou en immergeant les lames pendant une dizaine de secondes dans le
décolorant.
- Laver à l’eau.
- Contre colorer avec la solution de fuchsine diluée pendant 20 à 30 secondes.
- Laver à l’eau et sécher à l’air.
- Observer à l’objectif X100, en immersion avec de l’huile.

1.1.4.3. RESULTATS

Les bactéries gram + sont colorées en violet, les bactéries gram – sont colorées en rose, ceci étant du à
une différence de composition de la paroi.

Lorsque l’on colore peu de lames, plutôt que d’immerger les préparations, on peu les recouvrir de
colorants. Le décolorant doit être changé chaque jour.

Page suivante : 1.2. L’ANTIBIOGRAMME

Retour au menu : Analyses médicales aux services du CHU de SBA et à la polyclinique de SIDI Djillali