1.1- Réduction de la prise de risque des banques

Non classé

La force de rappel de notre modèle, qui rend compte d’une convergence
du niveau de risque des banques vers l’équilibre de long terme, est négative
et significative (-0,0708). Sous la réglementation prudentielle Bâle I, les
banques gabonaises prennent de moins en moins de risque. Ce résultat est
en conformité, d’une part, avec les conclusions de KIM et SANTEMERO
(1988) et ROCHET (1992) et montre que les pondérations du ratio COOKE
ont une influence sur la prise de risque ; et d’autre part, avec les approches
d’AGGARWAL et JACQUES (1998) qui soulignent que les pénalités prévues
par les autorités de Bâle I ont des incitations sur le comportement des
banques face au risque. Ainsi, sous la réglementation Bâle I, les banques
réduisent leur prise de risque.

Page suivante : 1.2- Surliquidité bancaire et sous-financement des PME

Retour au menu : COMPORTEMENT FACE AUX RISQUES ET DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVE