1. Structure des populations

Non classé

1.1. Distribution des fréquences de tailles

Les figures 7 et 8 représentent les courbes de fréquences de taille chez les deux espèces étudiées, ces courbes ont été établies à partir des tableaux 3 et 4 (annexe II).

Chez C. linguatula, il est à noter l’existence de trois modes successifs chez les femelles à 16cm, 22 cm puis à 25 cm, alors que chez les mâles on note la présence de deux modes le premier à 14 cm et le deuxième à 16 cm.

Chez D.cuneata l’allure générale des courbes est similaire chez les deux sexes, un mode à 17 cm est observé pour les mâles et un à 19 cm pour les femelles.

Courbes d'abondance de taille des mâles et des femelles de C.linguatula

Figure 7 : Courbes d’abondance de taille des mâles et des femelles de C.linguatula

Courbes d'abondance de taille des mâles et des femelles de D.cuneata

Figure 8 : Courbes d’abondance de taille des mâles et des femelles de D.cuneata

1.2. Comparaison des tailles moyennes

Nous avons procédé à une comparaison entre les tailles moyennes des deux sexes, les résultats sont indiqués dans le tableau suivant :

Tableau 3 : Comparaison des tailles moyennes par sexe des deux espèces étudiées

Comparaison des tailles moyennes par sexe des deux espèces étudiées

Chez C.linguatula la taille moyenne des femelles (16.74 cm) semble être plus grande que celle des mâles (15.05 cm).

La même constatation pour la deuxième espèce, les femelles ayant une taille moyenne de 18.59 cm et les mâles de 17.31 cm.

Ces observations sont confirmées par un test de comparaison basé sur l’écart réduit, ce dernier fait ressortir que la différence entre les tailles moyennes des femelles et mâles est significative, en effet chez les deux espèces étudiées la valeur de ε s’est avérée supérieure à celle donnée par la table de l’écart-réduit (t) au risque de 5% (ε =1.96).

1.3. Séparation des sexes

1.3.1. Sex-ratio global

L’étude du sex-ratio de C.linguatula a porté sur un effectif de 411 individus dont 237 femelles et 174 mâles, et de 273 individus pour D.cuneata soit 87 femelles et 186 mâles. Les résultats sont consignés dans le tableau suivant :

Tableau 4 : Abondance des mâles et des femelles de C. linguatula et de D. cuneata

Abondance des mâles et des femelles de C. linguatula et de D. cuneata

ε : écart-réduit. e : erreur standard.

La valeur de l’écart réduit est supérieure à celle de la table t (1.96) au risque de 5%, ce résultat confirme que les femelles sont plus nombreuses que les mâles chez C.linguatula, contrairement à D.cuneata où les mâles sont plus abondants.

1.3.2. Sex-ratio par classe de taille

Les résultats des tableaux 1et 2 (annexe I) sont illustrés par les histogrammes des figures 9 et 10 Chez C.linguatula le sex-ratio est en faveur des mâles jusqu’à la taille de 14 cm avec une dominance totale (100 %) dans les deux premières classe de tailles. À une longueur de 15cm on note un équilibre entre les deux sexes (49,25% de mâles et de 50,75 % de femelles), au-delà de cette taille le pourcentage des femelles prend le dessus, il est a noté une absence totale de mâles dans les classes de tailles allant de 22 à 27 cm.

Evolution du sex-ratio en fonction de la taille des mâles et femelles de C.linguatula

Figure 9 : Evolution du sex-ratio en fonction de la taille des mâles et femelles de C.linguatula

L’évolution du sex-ratio chez D.cuneata en fonction des classes de tailles est illustrée par les histogrammes de la figure 10. Nous constatons une prépondérance des mâles dans les cinq premières classes, avec absence totale des femelles à 14 et 15 cm. À partir d’une taille de 19cm les femelles prennent le dessus jusqu’à disparition du sexe opposé dans les grandes classes de taille (21, 22 cm).

Evolution du sex-ratio en fonction de la taille des mâles et femelles de D.cuneata

Figure 10 : Evolution du sex-ratio en fonction de la taille des mâles et femelles de D.cuneata

Page suivante : 2. Résultats de la croissance linéaire

Retour au menu : Croissance et exploitation de deux espèces de poissons plats pleuronectiformes des eaux algériennes : Citharus linguatula (Linnaeus, 1758) et Dicologlossa cuneata (Moreau, 1881)