1) La fin des injustices

Non classé

Dans la pensée trotskiste, le prolétariat, vainqueur de la lutte des classes qui l’oppose à la bourgeoisie capitaliste, doit abolir cette société impérialiste et en bâtir une nouvelle. Cette nouvelle société, socialiste, serait débarrassée de toutes les injustices et les souffrances créées par la société capitaliste. Cette société serait mondiale, harmonieuse, heureuse, ainsi que le pense Trotski : « Trotski n’avait pas de plan convaincant à proposer pour mettre fin au conflit armé, mais il se plaisait à imaginer une société mondiale harmonieuse »85. La vraie démocratie, enfin existante, serait l’affaire de toutes et tous, et les besoins matériels, la prospérité, seraient assurés : « Dans le régime socialiste dont le but principal sera la satisfaction des besoins de la société, la culture démocratique et ouverte à tous cessera alors d’être un mythe pour devenir une réalité »86. Pour supprimer les injustices, par exemple la faim dans le monde, il n’y a pas d’alternative à la société socialiste, et elle doit être mondiale : « Seule une société socialiste, une planification à l’échelle mondiale de tous les richesses naturelles et industrielles et l’utilisation rationnelle de tous les produits du travail humain permettront qu’aucun homme ne meure de faim dans le monde »87. De plus, cette société proposerait un système de santé accessible à tous, dans la plus totale gratuité et la plus juste équité ; une authentique sécurité sociale : « La GRATUITE DES SOINS, La GRATUITE DES MÉDICAMENTS, c’est cela la véritable sécurité sociale. Plus de cotisations ni de paperasses, des heures de travail humain économisées : ce système coûterait à l’ensemble de la population finalement bien moins cher »88. Enfin, en plus de la gratuité et de l’accessibilité aux soins, c’est la gratuité absolue du transport qui est mise en avant des revendications prolétariennes, et que cette 38

société socialiste prendrait en charge et assurerait à chacune et chacun : « … GRATUITE TOTALE DU TRANSPORT »89. Si l’ordre bourgeois, précisément, permet l’exploitation de l’homme par l’homme, alors il faut le détruire, et le remplacer par une société nouvelle, placée sous l’égide de la justice et de la fraternité : « C’est parce qu’il aimait la vie et les hommes qu’il avait appris à haïr l’ordre bourgeois, qu’il avait choisi de consacrer son existence à lutter pour une société meilleure où aurait disparu l’exploitation, où l’homme serait enfin le frère de l’homme »90. Cette société, enfin, si elle a vocation à changer les êtres humains, devrait néanmoins leur donner dès la naissance les mêmes chances, les mêmes bases, et elle se veut universelle, ainsi que le précise Voie Ouvrière : « Pour que l’on puisse parler d’une véritable valeur d’homme encore faudrait-il leur donner au départ dans l’existence les mêmes chances, les mêmes moyens de s’instruire et de s’épanouir, encore faudrait-il qu’ils aient conscience de travailler pour le bien-être de la société et non pour augmenter les profits d’une bande de requins »91. Ainsi qu’en témoigne Morgane LACHIVER, enseignante et candidate de Lutte Ouvrière aux élections législatives de 2017 dans la 1ère circonscription de l’Hérault, les trotskistes se battent pour un monde « juste, où serait balayée la société capitaliste et toutes ses injustices ; un monde où chacune et chacun aurait enfin sa place ». Et cette société socialiste, ce serait aux ouvriers qu’il reviendrait de la prendre en charge.

Page suivante : 2) La prise en main de l’économie par la classe ouvrière

Retour au menu : La Guerre révolutionnaire dans la pensée trotskiste