RESUME

Non classé

Les enfants effectuant des travaux dangereux constituent à maints égards la majorité silencieuse des enfants astreints au travail. En effet, lorsqu’il est question d’agir, ils sont souvent éclipsés par des formes de travail des enfants qui ont retenu l’attention du public, par exemple les enfants soldats ou ceux victimes de la traite. Ils sont aussi parfois dilués dans l’ensemble des initiatives portant sur le travail des enfants en général.

Cette étude vient lever un coin de voile sur les enfants effectuant les travaux dangereux en recherchant les déterminants de leurs astreintes aux travaux dangereux. Son but ultime est de rechercher le profil des enfants astreints et les facteurs qui les y contraignent lorsqu’on s’intéresse uniquement aux enfants actifs. Nous sommes partis du constat selon lequel 69,3% des enfants économiquement actifs effectuent des travaux dangereux. Les relations entre les variables sociodémographiques et économiques et l’astreinte aux travaux dangereux ont été étudiées de façon empirique sur les données issues de l’Enquête Nationale sur le Travail des Enfants effectuée en 2008, en recours aux analyses descriptive (bivariée), exploratoire (ACM) et économétrique (régression logistique).

L’analyse des résultats issus de cette étude révèle que les enfants les plus astreints aux travaux dangereux sont ceux qui vivent dans des ménages pauvres. Par ailleurs, ces enfants ne vont pas à l’école et les chefs de leurs ménages ne sont pas mariés. Ensuite, il ressort que l’âge de l’enfant et son lien de parenté avec le chef de ménage expliquent significativement le risque d’astreinte aux travaux dangereux. Enfin, on note que les enfants qui ne sont pas dans le ménage de leurs géniteurs biologiques courent plus le risque d’être exposés aux travaux dangereux.

Ainsi, le document interpelle l’action des autorités à divers niveaux en préconisant une action spécifique de renforcement de la politique de scolarisation des filles et de la sécurité sur le lieu de travail pour tous les travailleurs, mais avec des protections spécifiques pour les jeunes entre l’âge minimum d’accès à l’emploi et l’âge de 18 ans.

Mots clés : Travaux dangereux, Profil, Enfants actifs, Scolarisation, Pauvreté.

Page suivante : ABSTRACT

Retour au menu : Les déterminants de l’astreinte des enfants aux travaux dangereux au Bénin