INTRODUCTION GENERALE

Non classé

Quelle sécurité collective face à la « menace terroriste » ? Cette question n’est pas nouvelle et les réponses sont toujours en attente. A peine les conflits localisés pour organiser l’héritage post soviétique sont-ils réglés dans les Balkans et en Asie Centrale que le monde reprend conscience de la présence latente et certaine de conflits sans nom et sans visage mais à caractère universel : le terrorisme(1). Cette nouvelle menace ne pèse pas seulement sur les personnes ou les biens, ni exclusivement sur les structures de la société et son organisation.

Mais, remet en question l’existence de l’Etat en tant que garant de l’ordre interne et international. Si certains pensent que la menace terroriste agit au nom de la guerre des civilisations même si on n’est pas encore au stade d’un choc des civilisations au sens de Samuel HUNTINGTON(2), nous considérerons que le principal objectif du terrorisme est la destruction de la civilisation existante. Et pour le Chancelier Allemand Gerhard SCHRÖDER, « ce n’est pas une bataille entre les civilisations qui commence mais une bataille pour la civilisation »(3).

Face à ce nihilisme, l’enjeu est global dans une société en proie au terrorisme international. Car, toutes les collectivités organisées, Etatiques ou non Etatiques sont concernées par la survie de leur civilisation. La défense de la civilisation par le maintien de l’ordre qui la produit et dont il en est l’émanation se fait dans un climat d’incertitude. Pas d’informations fiables n’existent sur l’ennemi ni sur ses alliés, leurs intentions, leurs plans, leurs manœuvres, leurs armes etc. Le terrorisme constitue l’une des plus grandes plaies en ce début du 21e siècle en ce sens qu’il représente une menace à la paix et à la sécurité internationale. Pour sa part, le conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) dans sa Résolution 1368 du 12 septembre 2001, reconnait le droit à la sécurité comme inhérent à la légitime défense individuelle ou collective conformément à la Charte des Nations Unies.

Les évènements du 11 septembre 2001(4) ainsi que les attaques ultérieures perpétrées à Bali, Madrid, Londres, Amsterdam, et plus récemment celles perpétrées lors du marathon de Boston(5) aux Etats-Unis ont fait ressortir la nécessité de lutter contre le terrorisme international.

Les attentats du 11 septembre 2001 constituent l’opération la plus retentissante d’une organisation terroriste international contre un Etat considéré jusqu’alors comme infaillible ou du moins intouchable. Attentat perpétré par Al-Qaïda, mouvement islamiste fondé par le Cheick Abdullah YUSSUF AZZAM et son élève Oussama BEN LADEN en 1987(6). Ces attentats déclenchent aussitôt une réponse virulente des Etats-Unis, soutenus par leurs alliés qui envahissent l’Afghanistan en 2001 dans le but d’anéantir Al-Qaïda. Celle-ci perd ses camps, et ses membres sont en fuite. Cette situation conduit à une mutation de la mouvance Al-Qaïda et à une délocalisation de la nébuleuse en des cellules locales indépendantes et qui font allégeance à Ben Laden et prennent pour nom Al-Qaïda. Ces filiales du réseau Al-Qaïda agissent dans des ères géographiques différentes et revendiquent leurs actions au nom de la maison mère (Al-Qaïda). Parmi ces différentes structures qui se sont autoproclamées d’Al-Qaïda, l’on dénombre Al-Qaïda en Irak, issu du groupe d’ABOU MOUSSAB AL-ZARQAOUI en 2004, Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA), branche d’Al-Qaïda au Yémen et en Arabie Saoudite depuis 2009. Et enfin, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qui a revendiqué les attentats du 11 avril 2007 à Alger et qui a trouvé refuge au sahel en tant que nouveau centre d’opération.

1 Selim El SAYEGH, « Divergences et enjeux mondiaux : Légitime défense, terrorisme et préemption », Agir n° 16, décembre 2003, P. 1.
2 Samuel HUNTINGTON, Le Choc des civilisations, éd, Odile Jacob, 2007, 547 P.
3 Beatrice LEVEILLE, Le 11 septembre, l’Europe et sa sécurité, Rfi, vendredi 9 septembre 2011.
4 Point focalisateur ayant marqué et attirer l’attention des différents acteurs sur le danger de ce phénomène.
5 Attentat terroriste perpétrés par deux supposés terroristes tchétchènes qui a fait trois morts et plusieurs blessés.
6 http:// www.wikipedia.org/wiki/Al-Qaïda (consulté le 10 septembre 2012 à 15h30).

Page suivante : I– Cadre socio-spatial de l’étude : étude monographique de l’espace sahélien

Retour au menu : LES DEFIS DU TERRORISME AU SAHEL : AQMI, une menace stratégique ?