III.2– ACTIVITE D’INTERMEDIATION FINANCIERE

Non classé

L’intermédiation financière est l’activité par laquelle un établissement de crédit met en relation les agents économiques à excédent de financement avec ceux à déficit de financement. Elle consiste pour une banque à collecter des ressources auprès des agents à excédent de financement, pour les mettre à la disposition des agents à déficit de financement qui en manifestent le besoin.

Cette activité qui constitue la fonction fondamentale des banques commerciales, se justifie par les imperfections sur le marché des capitaux, caractérisées par des coûts de transactions élevés liés à la finance directe, l’incohérence entre les objectifs des agents à capacité de financement recherchant généralement des placements à court terme et ceux des agents à déficit de financement désirant des financements à long terme, et l’asymétrie d’information existante sur le marché. On distingue généralement deux formes d’intermédiation financière : l’intermédiation de représentation et l’intermédiation de transformation. Dans l’intermédiation de représentation, le rôle de l’intermédiaire financier est semblable à celui d’un courtier sur le marché financier. La banque dans ce cas collecte et/ou exécute les ordres de ses clients sur le marché ou alors se convertit en acheteur et revendeur de titres. L’intermédiation de transformation quant à elle consiste pour la banque à collecter des ressources ou dépôts auprès de la clientèle lui permettant l’octroi des crédits. La banque dans ce cas transforme les dépôts en crédits et cette opération affecte nécessairement son bilan. Les marchés financiers de la sous-région étant encore dans un état embryonnaire, c’est l’intermédiation de transformation qui est la plus pratiquée par les banques commerciales dans la CEMAC (Kamgna et Dimou, 2009).

Page suivante : III.2.1– Intermédiation financière des banques commerciales

Retour au menu : ACTIVITE D’OCTROI DE CREDIT ET RENTABILITE DES BANQUES COMMERCIALES AU CAMEROUN