II- ATTITUDES DES COMMERÇANTS

Non classé

Les attitudes des commerçants sont regroupées dans le tableau suivant :

Tableau 8 : Attitudes des commerçants en relation avec le bilan qu’ils font des actions du CeCOS depuis sa création

Attitudes des commerçants en relation avec le bilan qu’ils font des actions du CeCOS de puis sa création

La lecture de ce tableau nous montre que 93 commerçants soit 62%, manifestent une attitude favorable aux actions du CeCOS, parce qu’ils estiment satisfaisant son bilan depuis sa création. La proportion de ceux-ci se situe dans l’intervalle de confiance de 54,23% à 69,77%, avec une marge d’erreur de 7,76%. La proportion d’ivoiriens favorables est de 60%. Par contre, celle des étrangers est de 66%. Il apparaît ici que l’attitude pro-CeCOS des étrangers, est plus significative à une faible différence de 6% que celle des ivoiriens.

Cette attitude favorable est perceptible dans leurs déclarations. En effet, un gérant de cabine téléphonique soutient que : « je suis favorable aux actions du CeCOS, parce qu’il assure la sécurité des biens et des personnes depuis son arrivée. C’est un moyen de lutte efficace contre l’insécurité grandissante ici à Adjamé ».(11) Egalement cette vendeuse de légumes affirme ceci : « Je suis pour l’existence du CeCOS parce qu’ils sont plus fiables que les autres corps et parce qu’il y’a différents corps des forces de l’ordre en son sein ».(12) Ces deux témoignages sont révélateurs des actions concrètes du CeCOS qui se constatent par les commerçants sur le terrain.

A l’opposé, 42% de nos enquêtés manifestent une attitude défavorable vis-à-vis des actions du CeCOS. Cette attitude est plus forte chez les ivoiriens à 40%, contre 34% pour les étrangers soit à une différence peu grande de 6%. Ils sont méfiants ou indifférents pour certains voire, hostiles aux actions du CeCOS pour d’autres. Cela s’explique ici par l’image de tracassier qu’ils ont des agents.

Ce vendeur de matériel informatique affirme que : « Les actions du CeCOS ne me disent absolument rien. Je pense que les agents gagneraient mieux notre attention favorable s’ils assuraient notre sécurité, que de vouloir soutirer des sous aux gens. Moi je ne vois pas ce qu’ils ont fait de bon depuis qu’ils sont là ».(13) Quant à ce vendeur de chaussures il affirme ceci : « Je me méfie des agents du CeCOS parce qu’ils sont prêts à tout et à tout moment, on ne sait jamais avec eux. Des agents du CeCOS m’ont déjà arraché un portable et une somme de 150 000 francs le 20 Décembre 2007, à 20 heures au quartier Habitat Extension ».(14) Ce vendeur de produits cosmétiques plus amer, nous dit ceci : « Je veux qu’on supprime ce corps parce que les agents depuis qu’ils sont là, ne s’occupent pas des malfaiteurs qui ont les couteaux. Mais plutôt de nous les innocents. En cas de contrôle, avec ou sans pièces tu dois payer de l’argent. Ils disent souvent qu’ils ne savent pas lire ».(15)

Le X² calculé de ce tableau 0,67 au degré de liberté 1 est inférieur au X² lu. Cela nous conduit à retenir que les commerçants dans leur majorité, manifestent une attitude favorable vis-à-vis des actions du CeCOS en corrélation avec le bilan satisfaisant, qu’ils font des actions du CeCOS depuis sa création à un niveau de risque de 5%. Ils approuvent donc les actions du CeCOS, ce qui confirme notre hypothèse H1. Ainsi, plus les commerçants seront satisfaits des actions du CeCOS, plus ils manifesteront une attitude pro-CeCOS et vice versa.

Leur attitude favorable est même en relation avec leur volonté de collaborer avec le CeCOS pour lutter contre la criminalité à Adjamé, malgré les dérapages de certains agents.

Tableau 9 : Dispositions des commerçants à collaborer avec le CeCOS

Dispositions des commerçants à collaborer avec le CeCOS

Ce tableau nous indique que 18,67% des commerçants, ont déjà collaboré avec le CeCOS dans le cadre de la lutte contre la criminalité à Adjamé. Il s’agit d’une collaboration à travers des renseignements ou des témoignages aux agents, sur des situations réelles de criminalité. Cette collaboration bien souvent aboutit à des résultats positifs pour les agents (voir les exemples de résultats au chapitre préliminaire). Les ivoiriens sont les plus nombreux de ceux qui collaborent déjà. Ils représentent 23% contre seulement 10% pour les étrangers, soit une différence significative de 13%. Interrogés sur la raison de cette attitude, certains commerçants ont donné plusieurs justifications. En guise d’illustration, ce gérant d’un magasin de gaz butane affirme : « Je coopère avec le CeCOS parce qu’il faut assister les populations en danger et les secourir en cas de besoin. C’est aussi leur travail, ils ont le devoir de l’accomplir avec l’aide des commerçants que nous sommes.

Imaginez une seconde sans le CeCOS, ce serait l’insécurité totale ».(16) Quant à ce vendeur de pagnes il soutient que : « Je coopère avec le CeCOS parce qu’une fois devant moi, il y’avait une bagarre de rue entre des jeunes. J’ai appelé le CeCOS et les agents sont venus intervenir. Il y’a aussi eu un cas de crédit non remboursé entre un client et moi. J’ai appelé, ils sont venus intervenir et le client m’a remboursé mon argent ».(17)

En plus de ceux qui collaborent déjà, 90 sur 150 commerçants soit 60%, avec un intervalle de confiance de 52,16% à 67,84% et une marge d’erreur de 7.84%, manifestent leur désir de collaboration en cas de nécessité. Ici, à l’inverse de ceux qui collaborent déjà, la proportion des étrangers prêts à collaborer est la plus significative à 64% contre 58% pour les ivoiriens, soit une faible différence de 6%. C’est la raison pour laquelle, ce vendeur de pièces détachées nous dit ceci dans un langage courant : « On est prêt à filer tous les petits docs aux agents pour notre sécurité et pour la paix ».(18) Cet autre commerçant, gérant de cabine téléphonique soutient: « Je suis prêt à coopérer avec le CeCOS, parce que nous n’avons pas les moyens de lutter contre les criminels. Je veux le faire pour le bien être de la population et pour une bonne image de notre armée ».(19)

En revanche, les commerçants qui refusent toute collaboration avec le CeCOS ne sont pas assez. Ils constituent seulement 21,33% de notre échantillon.

Ces commerçants représentent 19% pour les ivoiriens contre 26% pour les étrangers, soit une différence légère de 7%. Certains d’entre eux ne semblent pas comprendre le bienfondé de la collaboration. Ils ne pensent qu’à leur activité.

C’est le cas de ce gérant de cabine téléphonique qui déclare: « Je ne peux pas coopérer avec le CeCOS, chacun à son travail. C’est ma cabine qui m’intéresse ».(20) D’autres, pour justifier leur refus de collaboration, indexent les agents du CeCOS comme étant les complices des criminels, tout en craignant des représailles si d’aventure ils coopéraient. Dans cette perspective, ce vendeur d’articles divers nous dit ceci : « Vous ne pouvez pas comprendre, mais les éléments du CeCOS sont les collaborateurs les plus sûrs des criminels. Ils leurs prêtent les armes pour opérer en les couvrant. Je ne suis pas prêt à tisser des relations avec eux pour quoi que ce soit. Ils peuvent en retour t’impliquer dans l’affaire toi la source de renseignement qui dénonce ces bandits. On les connaît pour ça ! ».(21)

Egalement, le refus de coopération se justifie par l’existence des groupes d’auto défense, organisés par certains syndicats de commerçants ou de transporteurs. C’est ce que nous a révélé ce commerçant : « Je ne coopère pas avec le CeCOS parce que ici, c’est les syndicats qui nous surveillent. C’est 100 francs par jour, par commerçant ».(22)

Comme nous le constatons, l’attitude favorable que les commerçants manifestent à l’égard des actions du CeCOS, renforce leur disposition à collaborer pour l’efficacité de la lutte contre la criminalité à Adjamé.

Après l’analyse des opinions et attitudes des commerçants, il nous revient de terminer par celle de leurs comportements.

11 Commerçant ivoirien interrogé à Adjamé Renault.
12 Commerçante ivoirienne interrogée face à la gare SITARAIL.
13 Commerçant ivoirien interrogé au 220 logements.
14 Commerçant ivoirien interrogé à Adjamé complexe.
15 Commerçant non ivoirien interrogé au “Black Market”.
16 Commerçant étranger interrogé au 220 logements.
17 Commerçant étranger interrogé au marché “Gouro”.
18 Commerçant ivoirien interrogé à la casse automobile du quartier SODECI ferraille
19 Commerçant étranger interrogé au marché de Williamsville.
20 Commerçant ivoirien interrogé au 220 logements.
21 Commerçant étranger interrogé à Adjamé liberté.
22 Commerçant étranger interrogé en face de la gare nord, dans un magasin contigu à la nouvelle gare routière.

Page suivante : III- COMPORTEMENTS DES COMMERÇANTS

Retour au menu : REACTION SOCIALE DES COMMERÇANTS VIS-A-VIS DES ACTIONS DU CeCOS EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE A ADJAME