I- ACTIONS DU CeCOS EN FAVEUR DES COMMERÇANTS

Non classé

L’avènement du CeCOS a amélioré la sécurité au niveau de la population commerciale du District d’Abidjan en général, et celle d’Adjamé en particulier.

En effet, les actions de sécurisation que mène cette unité contre les criminels sont diverses. Il s’agit des patrouilles motorisées et pédestres régulières. Des stationnements ponctuels sont effectués dans les espaces commerciaux névralgiques de la commune. Ces espaces sont les marchés à forte affluence et aux activités intenses, comme le “Black Market”.

Il s’agit également d’actions de surveillance des biens de la population commerciale. Ainsi, nous avons observé au cours de nos enquêtes des agents du CeCOS faire des interpellations, des fouilles stratégiques pour retrouver des biens ou des éventuelles marchandises frauduleuses. L’un des résultats de ces actions est l’importante saisie de marchandises effectuée à Yopougon sur trois dames le 11 Décembre 2006. Il s’agissait de ballots de friperie et 61 cartons de produits pharmaceutiques non enregistrés(1).

Outre la protection des biens, les actions du CeCOS visent la protection physique des différents commerçants. C’est pourquoi, le 16 Mai 2005, M. Cheick OULD NAJI un commerçant de 37 ans, à qui des membres du FLGO(2) avaient arraché la somme de 75 000 francs et deux téléphones portables, a reçu l’assistance du CeCOS qui a permis l’interpellation de l’un des individus à Cocody(3). Les agents du CeCOS informés, interviennent parfois pour régler les divers litiges entre commerçants et clients. C’est ce que nous a confié une commerçante interrogée le 7 Juillet 2008, en face de la gare SITARAIL (Société Ivoirienne de Transport de Marchandises et de Personnes) à Adjamé. Il s’agissait selon ses dires, d’une marchandise défaillante d’une valeur de 15 000 francs vendue à un client, que le vendeur refusait de remplacer. L’implication des agents a permis le règlement du conflit.

Les actions du CeCOS permettent dès lors, de dissuader les individus susceptibles de passer à l’acte. Si l’acte est déjà commis, les criminels sont interpellés et remis à la justice. A cet effet, les attaques de commerces se font de plus en plus rares à Adjamé (voir tableau n°2). De Janvier à juillet 2007, sur un total de 41 attaques de commerces enregistrées dans le District d’Abidjan, Adjamé n’en a enregistré qu’une seule, soit 2,44%(4). Ces résultats sont confirmés par les déclarations de nombreux commerçants enquêtés (Cf. Deuxième partie).

En définitive, les actions du CeCOS en faveur des commerçants peuvent être constatées par tous. Les agents munis du macaron de l’unité visible sur la poitrine, effectuent régulièrement des rondes pédestres de proximité dans les marchés d’Adjamé.

Cependant, si ces actions visent la sécurisation des biens et des personnes commerçantes, il n’en demeure pas moins qu’elles sont parfois entachées de certains dérapages.

1 Cellule de Communication du CeCOS, op.cit. p.13.
2 Front de Libération du Grand Ouest, groupe d’autodéfense constitué au cours de la crise militaropolitique du 19 Septembre 2002.
3 Cellule de Communication du CeCOS, op.cit. p.38.
4 Cellule de Communication du CeCOS, op.cit. p.34.

Page suivante : II- COMPORTEMENTS DEVIANTS DES AGENTS A L’ENDROIT DES COMMERÇANTS

Retour au menu : REACTION SOCIALE DES COMMERÇANTS VIS-A-VIS DES ACTIONS DU CeCOS EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE A ADJAME