D. La stratégie de L’Oréal en Indonésie

Non classé

Le groupe voit tout de suite le potentiel de ce pays. Depuis plus de 30 ans l’Oréal s’est solidement implanté en Indonésie et mise fortement sur son potentiel. C’est en 1986 que l’Oréal crée sa première usine en Indonésie à Ciracas. Depuis, l’entreprise a enregistré beaucoup de succès et ne cesse de gagner des parts de marché. Elle a su adapter son réseau de distribution et ses produits de grande consommation au pays.

De par ce potentiel, le groupe a récemment décidé d’y ouvrir sa plus grosse usine mondiale. L’investissement est gigantesque et équivaut à plus de 100 millions d’Euros. Le groupe parie fortement sur ce pays qui, selon Jochen Zaumseil, le Directeur Général de la Zone Asie Pacifique est « avec la plus forte croissance du groupe pour la zone Asie Pacifique, un pays contributeur clé pour atteindre l’objectif de conquête d’un milliard de nouveaux consommateurs mondiaux. L’usine de Jababeka témoigne de notre confiance en une croissance continue du marché Indonésien et de notre engagement dans ce pays ». L’objectif de L’Oréal est d’approvisionner l’intégralité du marché Indonésien et celui de l’Asie du Sud Est (Indonésie, Thaïlande, Singapour, Malaisie, Philippines, Taiwan, Hong-Kong, Chine et Corée du Sud) avec la création de cette usine.

L’usine de Jababeka, située à 40 km de Jakarta aura une superficie de 200 000km² avec un bâtiment de production principal de 65 000km². L’usine produira des soins capillaires et des soins pour la peau pour les marques l’Oréal Paris et Garnier. La capacité de production est énorme avec un potentiel de production de 500 millions d’unités par an. 30% de la production est destinée à l’approvisionnement du marché Indonésien et les 70% restant l’Asie du Sud-Est (Thaïlande, Singapour, Malaisie, Philippines, Taiwan, Hong-Kong, Chine, Laos, Cambodge et Vietnam).

La nouvelle usine sera la seule en Asie à obtenir la certification LEED (Leadership in energy and environnemental design). La certification LEED est une norme Américaine qui s’obtient en optimisant ses procédés de production en réduisant sa consommation d’eau, d’énergie, l’atmosphère managériale, les matériaux, l’utilisation des ressources et la qualité environnementale du lieu. Cela montre bien l’engagement social et environnemental de l’entreprise qui a déjà réduit sa consommation d’eau de 52% et les émissions de CO2 de 50%. De plus, le groupe compte aider le marché local et utiliser le maximum de matériaux et de fournisseurs locaux.

NOUVELLE USINE DE JABOBATEK

NOUVELLE USINE DE JABOBATEK

L’usine emploiera près de 450 personnes dont 262 employés et leurs familles ont bénéficié de logement dont ils seront propriétaires autour de l’usine. Ainsi L’Oréal, grâce à cette aide au déplacement a pu conserver 96% des employés de l’ancienne usine. Les employés de l’usine bénéficieront aussi de formations.

Le projet a été accueilli à bras ouvert par le gouvernement. C’est le ministre des industries Indonésiennes en personne qui a ouvert officiellement l’installation en déclarant que « Le gouvernement Indonésien apprécie les décisions stratégiques prises par le groupe L’Oréal qui soutiennent le développement du secteur Industriel Indonésien, et plus particulièrement l’industrie de la beauté. ».

La stratégie de l’Oréal montre bien la valeur ajoutée de l’Indonésie internationalement. Alors que les ventes du groupe reculent de 0,6% en Europe, celles d’Asie Pacifique en particulier celles d’Indonésie s’envolent. En Asie Pacifique, les ventes augmentent de 7,3% et en Indonésie seule, le groupe connaît une augmentation annuelle de son chiffre d’affaire de 30% depuis quatre ans alors que le marché Indonésien des produits de beauté est en plein boom avec une croissance de 12,9% entre 2011 et 2012.

Le choix de l’Indonésie est donc cohérent. C’est le cinquième marché du groupe en Asie Pacifique. L’Oréal enregistre sa plus grosse croissance de la région dans ce pays. De plus, l’Indonésie regorge de matières premières et l’entreprise peut ainsi s’approvisionner localement.

Page suivante : II. Le cas de DANONE : Une opportunité inestimable

Retour au menu : L’INDONESIE, UNE NOUVELLE PUISSANCE ECONOMIQUE ?