CONCLUSION DU CHAPITRE II

Non classé

« Sahara ? Un désert et des « Sahara » !…De la terra incognita au contrôle des ressources minières par les puissances occidentales et les pays producteurs de pétroles en passant par un espace quadrillé par des narcotrafiquants, des rebellions armées, des circulations d’armes et, au Mali, sanctuarisé par Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), qu’est devenu le Sahara depuis les Limes Romains ? »(341). Au cours de l’histoire, on retiendra que ce désert a été et aura été le lieu d’enjeux multiples entre forces de pénétrations extérieures et acteurs aux pratiques de délinquance et de criminalité. L’espace sahélien outre les enjeux énormes qu’il présente, est sillonné par une bande de djihadistes et de bandits-terroristes dont l’objectif est de créer un axe du terrorisme sur le continent. A la question « quels sont vos objectifs ? », Abdelmalek DROUKDAL, alias Abou MOUSSAB ABDELWADOUD, le chef suprême d’AQMI répondait : « nos objectifs sont les mêmes que ceux d’Al-Qaïda Mère, que vous connaissez bien ». « Faire évoluer notre combat du local vers le régional est une phase clé » et dans la même interview, DROUKDAL ne cache pas ses ambitions internationales. Il déroule fièrement sa vision dans sa réponse à la dernière et vingtième question du New York Times : « quels sont vos plus grandes réalisations ? »

« Nous pensons que notre plus grande réalisation est d’avoir permis que le jihad se perpétue au Maghreb pendant 16 ans. Il connaît aujourd’hui une phase ascendante car, grâce à Dieu, nous avons réussi à faire évoluer notre combat du local vers le régional et à élargir notre champ d’action aux autres pays maghrébins et au sahel africain, contribuant ainsi à un renouveau jihadiste régional(342) ».

Tout en reconnaissant la nature et l’ampleur de la menace de l’islam radical et du terrorisme en Afrique de l’Ouest, et particulièrement dans la bande sahélo-Saharienne, l’un des enjeux à présent est de continuer à le suivre dans ce que seraient sans aucun doute ses mutations. L’autre enjeu relève de l’impérative réponse à apporter à cette réalité afin d’éviter que l’Afrique devienne un refuge pour l’islamisme et que le continent ne serve de plateforme à l’intérieur ou à partir de laquelle des actions seraient menées non seulement contre et au détriment des pays et des populations de la région, mais aussi contre la cible du djihadisme contemporain qu’est l’occident et tout ce qui le représente. Il est ainsi question de prendre au sérieux la situation ainsi que de ses possibles évolutions afin de tout mettre en œuvre pour que le maillon africain de la chaîne antiterroriste et les dispositifs de lutte contre le radicalisme, le fondamentalisme et le terrorisme qui doivent exister à l’échelle mondiale soient établis et/ou renforcés.

341 André BOURGEOT, « Sahara de tous les enjeux », Hérodote, 3e Trimestre 2011, n° 142, p. 42.
342 Voir L’interview du chef d’Al-Qaïda au Maghreb, publiée par le New York Times, le 1er juillet 2008. Interview accessible en ligne (en Arabe et en Anglais) sur le site du New York Times : http://www.nytimes.com/2008/07/01worldafrica/01transcriptDroukdal.html consulté le 20 novembre 2009 à 11ho6 mn.

Page suivante : CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE

Retour au menu : LES DEFIS DU TERRORISME AU SAHEL : AQMI, une menace stratégique ?