Chapitre V : La présentation de la Banque Islamique du Sénégal (BIS)

Non classé

La banque islamique du Sénégal a été créée le 22 février 1983 suite à la signature d’un protocole d’accord en Octobre 1981 entre le prince Mohamed Fayçal Al Saoud président du Groupe Bancaire DAR AL MAAL AL ISLAMI et le président du Sénégal Monsieur Abdou Diouf.

L’adoption de l’article 2 de la loi cadre portant réglementation bancaire de l’UEMOA permettait ainsi au gouvernement du Sénégal comme ceux des autres pays de la zone abritant des banques islamiques, de prendre l’arrêté n°015822/MEF/DGT/DMC du 24 Novembre 1983 fixant la base juridique de la banque. Cette dérogation permet ainsi la BIS d’effectuer en plus des transactions financières, des opérations commerciales et immobilières.

La BIS est une société anonyme au capital de 2.705.640.000 de francs CFA dont les actionnaires sont les suivants :

- Le Dar Al Maal AL Islami (DMI): 44,5 %
- La Banque islamique de développement (BID): 33,26 %
- L’Etat du Sénégal : 22,18 %
- Les autres actionnaires (les particuliers) : 0,06 %

L’organigramme de la banque

L’organigramme de la banque

La banque islamique du Sénégal dispose de trois agences sur l’ensemble du territoire national, ce sont : l’agence de la rue Sarrault, agence de l’avenue Lamine Gueye et l’agence de Touba.

Depuis sa création, les activités de la BIS étaient consacrées à l’importation de matières premières indispensables au développement de certains secteurs d’activité.

Ces importations étaient faites au profit de grandes entreprises comme la SAR (Société Africaine de raffinage), de la Sénélec, des ICS (les Industries Chimiques du Sénégal)… La plupart de ces entreprises sont aujourd’hui confrontées à des difficultés financières liées à des problèmes de gestion ou à la flambée du prix du pétrole (Par exemple le cas des ICS). Les activités de la BIS s’étendent aussi aux secteurs de l’immobilier, du tourisme et des concessions automobiles, selon Monsieur M. Ndiaye responsable du département Marketing de la BIS, a même eu à importer du riz au Sénégal.

Avant la crise pétrolière qui s’est déclenchée ces dernières années, la BIS consacrait une bonne partie de ses activités aux secteurs à travers l’importation du brut qu’elle revendait à la SAR et à la Sénélec. Dans le cadre ces importations du pétrole brut, la BIS bénéficie d’une ligne de refinancement des hydrocarbures d’un montant de 10 millions de Dollars US auprès de la Banque islamique de développement. Les derniers évènements dans le secteur pétrolier et les crises que connaissent ses principaux clients (SAR, Sénélec…) ont obligé la BIS à revoir sa stratégie commerciale dans ce secteur en ramenant ses investissements de 9545 millions de FCFA en 2005 à 676 millions de FCFA pour l’année 2006.

En revanche la banque a accru sa participation au financement des PME/PMI en augmentant ses allocations de crédit PME qui représentait environ 10640 millions de FCFA en 2005 et qui a connu une hausse de 2811 millions en 2006 (rapport annuel, 2006). Les financements de la BIS dans tous les secteurs confondus pour l’année 2006 se chiffraient à 15813 millions de FCFA en total (annexe 4).

Sur le plan social, la BIS en tant que banque islamique effectue souvent des interventions auprès des populations, on peut citer les réfections de salles de classe dans les banlieues. En rapport avec sa vocation de lutte contre la pauvreté, la BIS a signé avec la mutuelle des armées en Août 2007 une convention de financement de 300 millions de FCFA destinés à aider les soldats et leur famille.

En 2006 la BIS a enregistré un résultat moins élevé par rapport aux années soit un bénéfice net de 94.158.126 FCFA (rapport annuel, 2006). Ce résultat est dû à une augmentation des charges liées aux frais de fonctionnement des trois nouvelles agences ouvertes au cours de l’année. Les charges de fonctionnement de ces agences ont induit une augmentation des frais de personnel de 11,8% et des frais généraux de 54%.

Page suivante : IIIème Partie : PME et financements islamiques

Retour au menu : Banques islamiques : Les principes de base et les modes de financement islamiques proposés aux PME (la BIS en exemple)