C. Essor et lien avec les autres pays et associations(13)

Non classé

Le sommet de Kuala Lumpur en 1977 est véritablement à l’origine du développement des relations extérieures de l’ASEAN.

L’APEC

En 1989 est créée la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique l’APEC qui réunit les pays de l’Asie et du Pacifique (pays de l’ASEAN, Japon, Canada et Nouvelle-Zélande etc… Actuellement cette organisation comprend 21 membres.

Il s’agit du premier forum pour instituer une zone de libre-échange dans la région Asie-Pacifique, elle fonctionne en libre partenariat. En plus d’une coopération en vue d’établir cette zone de libre-échange, l’APEC soutient des projets en vue de faciliter le commerce: harmonisation des normes de labellisation, des règles et législations régulant les importations et exportations, développement de l’efficacité et de la fiabilité des transports.

En 1994 les membres réunis à Bogor se sont accordés pour définir comme objectif « Le Bogor Goal », l’ouverture complète des frontières de la zone Asie pour 2010. Ce projet sera repris également par l’AFTAR et partiellement réalisé. A ce jour, l’APEC et ses 21 membres avec 40% de la population mondiale, représente 44% des échanges mondiaux.

L’ARF(14)

Proposé lors de la conférence de L’ASEAN de Singapour en juillet 1993, l’inauguration de « L’ASEAN Regional Forum » ou ARF eut lieu en juillet 1994. Il compte à ce jour 51 états membres parmi lesquels les États-Unis, la Chine, l’Inde, la Nouvelle Zélande, l’Australie, la Russie, les pays de l’Union Européenne, le Pakistan etc… Les objectifs de l’ARF sont de construire, nourrir un dialogue sur les sujets de politique, de sécurité et de créer un climat de confiance à travers toute l`Asie du Sud Est. Ce forum offre un espace de dialogue pour gérer de façon préventive les différents entre nations. Il gère également les grandes catastrophes naturelles telles que le tsunami de Décembre 1994.

AFTA : Projet de zone de libre-échange de la zone Asie(15)

Projet datant de la fondation du groupe mais il faudra attendre 2002 et le redressement économique de la zone après la crise asiatique de 1997 pour que l’ASEAN et d’autres pays fondent l’AFTA : ASEAN free Trade Area qui compte pour membres les pays d’Asie du Sud-Est ainsi que la Papouasie Nouvelle Guinée, le Timor oriental, la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Inde, l’Australie et la Nouvelle Zélande. Cette association devrait à terme permettre d’augmenter les échanges et les investissements et améliorer la visibilité internationale de la région au travers d’une zone de libre-échange comparable à l’Union Européenne. Pour cela elle s’est dotée d’un plan établi lors du 13eme sommet de l’ASEAN à Singapour, l’ASEAN Economic Community Blueprint, projet de communauté économique de l’ASEAN.

Instauration d’une libéralisation tarifaire : élimination totale des droits d’importation et de contingents tarifaires, favorisation des échanges en créant des guichets uniques, simplification des licences d’importation. Elle doit aussi imposer des normes, des règlements techniques, des procédures d’évaluation de conformité et des mesures sanitaires et phytosanitaires.

ASEAN plus 3 : L’APT

L’ASEAN ne s’arrête pas là, parallèlement elle commence à mettre en place à partir de 1997 « l’ASEAN plus 3 ou APT » coopération qui englobe les dix pays membres et la Chine, le Japon ainsi que la Corée. Initialisée lors de la préparation de l’ASEM, cette instance se réunit une fois par an au même moment que les sommets de l’ASEAN. Initialement créée pour minimiser les risques face à une nouvelle crise de l’ampleur de celle de 1998, ses compétences couvrent de nombreux domaines, bien évidemment le commerce mais également la politique, la sécurité, la culture, les sciences, le développement rurale, les droits de l’homme, l’éradication de la pauvreté, la santé etc…

A l’intérieur de cet ASEAN plus 3, un certain nombre d’accords bilatéraux ont été signés.

ASEAN et JAPON(16)

En 2008 entre l’ASEAN et le Japon, un partenariat commercial (AJCEP) est signé malgré un ralentissement dans les échanges suite à la crise internationale. Les échanges avec le Japon interviennent pour 10% du total du commerce extérieur de l’ASEAN.

ASEAN et COREE(17)

En 2010 un accord de libre-échange entre la Corée du Sud et les 6 membres de l’ASEAN 6 est entré en vigueur, pour le Vietnam il faudra attendre 2016 et pour le Cambodge, Laos et Myanmar, 2018.

ASEAN et CHINE(18)

En 2010 également, un accord de libre-échange est conclu entre la Chine et l’ASEAN 6, la China Free Trade Area (ACFTA) les pays restant devant rejoindre l’accord en 2015. Au-delà d’une avancée commerciale, il représente un signal politique fort de la part de Pékin. Il donne naissance à la troisième plus grande zone de libre-échange au monde, représente un marché de 1,9 milliards de personnes avec un PIB combiné de 6 000 milliards de dollars qui le met loin devant l’Union européenne. Pour la Chine il s’agit en premier lieu de capter les matières premières de la zone. Ce qui fait d’elle le principal bénéficiaire de cet accord. Pour les industriels de l’ASEAN, ils vont pouvoir accéder à un marché immense. Mais ils ont vite réalisé qu’ils risquaient également d’être submergés par les produits chinois. A noter également que l’influence du yen grandit, Pékin a en effet décidé d’autoriser les entreprises chinoises à facturer en yen leurs livraisons au sein de l’ASEAN. Les touristes chinois peuvent déjà payer en yen dans la plupart des pays de l’Asean.

C’est un pas important pour l’internationalisation de la monnaie chinoise d’après « Xu BEI économiste chez Natixis.

L’ASEAN 6 comprend la Thaïlande, Singapour la Malaisie, l’Indonésie, Brunei Darussalam et les Philippines.

Cet accord permet à la région de générer 6.000 milliards de dollars de PIB et près de 4.500 milliards de dollars de flux de commerce. «La suppression des taxes douanières est prévue pour près de 7.000 groupes de produits et services qui représentent 90% des échanges régionaux. »

Etant donné que les chinois se fournissent auprès de l’ASEAN en matières premières, cet accord favorise surtout la Chine mais pourrait déclencher un effet d’entrainement déclare Mr XU Bei. Depuis le lancement de cette zone de libre-échange les investissements directs à l’étranger de la Chine dans les pays de l’ASEAN se sont établis à 2,57 milliards de dollars fin 2010 les investissements directs en provenance des pays de l’ASEAN ont totalisé 6,32 milliards de dollars.

Il existe également un dialogue bilatéral entre les membres de l’ASEAN et la Russie.

L’ASEAN tente aussi de signer des accords avec d’autres associations économiques régionales tel que l’ALENA, le Mercosur, …
L’ASEAN et l’Union Européenne.

L’ASEM (Asia-Europe Meeting) est un cadre de dialogue et de coopération élaboré pendant le sommet de Bangkok en 1996, réunissant l’Union européenne et le groupe ASEAN plus trois. Il englobe les questions politiques, économiques et culturelles L’UE est aujourd’hui le second plus grand marché de l’ASEAN alors que l’ASEAN est le troisième marché de l’UE.

L’ASEM a considérablement évolué depuis sa création, de 25 membres à ses débuts, l’entente en compte désormais 51, ce qui représente la quasi-totalité de l’Europe et de l’Asie-Océanie, soit près de la moitié du PIB mondial, près de 60% de la population mondiale et 60% du commerce global. En 1999 l’échange total était de 86 milliards d’Euros, il était en 2012 de 206 milliards d’Euros. L’Europe est actuellement le plus grand investisseur dans les pays de l’ASEAN. Les compagnies européennes ont investi près de 9 milliards d’euros chaque année depuis 2000. L’Europe a également engagé des négociations bilatérales de libre-échange avec les différents membres. A ce jour seules les négociations avec Singapour ont abouti en Décembre 2012 et elle vient juste d’entamer des négociations avec la Thaïlande. Mais l’ambition finale est de constituer une entente globale de libre-échange entre les deux régions.

13 http://www.apec.org/Projects/Projects-Overview.aspx, http://www.apec2013.or.id/index.php/about/apec
14 http://aseanregionalforum.asean.org
15 http://www.asean.org/communities/asean-economic-community, http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/asie/dialogue-europe-asie-asem/article/l-asem
16 http://en.reingex.com/ASEAN-Japan-AJCEP.shtml
17 http://en.reingex.com/ASEAN-Korea-AKFTA.shtml
18 http://en.reingex.com/ASEAN-China-ACFTA.shtml

Page suivante : c. Social

Retour au menu : L’INDONESIE, UNE NOUVELLE PUISSANCE ECONOMIQUE ?