3.3.4. L’hydrogéologie

Non classé

On distingue plusieurs nappes logées à différents niveaux géologiques :

− la nappe phréatique dont l’importance est liée à la pluviométrie est captée par les puits villageois. Elle est altérée en certains endroits par le « Saloum » à l’Ouest et le Baobolong au Sud.

− la nappe des sables du continental terminal dans les départements de Nioro et Kaffrine. Sa profondeur varie de 80 m à 160 m. L’eau est de bonne qualité chimique et les débits satisfaisants (25 m3/h),

− la nappe des calcaires éocènes s’étend dans toute la région mais prédomine au Nord. Sa profondeur est de 50 à 150 m. Au Sud les débits sont faibles et l’eau est impropre à la consommation.

− la nappe des calcaires paléocènes sous−jacente à la nappe des calcaires marneux de l’éocène s’étend de l’estuaire du Saloum vers le Nord. Les débits des forages sont surtout faibles à cause de la faible épaisseur et de la nappe qui est semi−artésienne avec des niveaux statiques peu profonds. La qualité de l’eau est moyenne.

− la nappe des sables du Maestrichtien est captée dans la presque totalité des forages réalisés dans la région. Elle se situe entre 250 et 450 m avec des débits assez intéressants (50 m3/h), mais un taux de fluor parfois excessif (entre 4 et 5 mg/l). Il en est de même des extraits secs qui peuvent atteindre 1.100 mg/l à Kaolack. Le taux de fluor peut être faible, voire acceptable si la nappe est captée en profondeur (forages de Kaolack de 1946 et 1991).

Page suivante : 3.3.5. Physiographie

Retour au menu : Application de la Télédétection aérospatiale pour l’évaluation de la dégradation des ressources naturelles : cas des sols de la région de Kaolack située dans le Bassin arachidier du Sénégal