3.1 Le paradoxe de l’artefact naturalisé

Non classé

L’objet ainsi pensé, nous nous inscrivons dans le paradoxe d’un artefact naturalisé. Cet objet du design qui évolue semble alors peut-être se dénaturer de lui-même.

Par définition, l’objet de design est un artefact. Mais comment définissons-nous cet artefact ? Voici ce que nous indique le dictionnaire de l’Académie française :

« Artefact : subst. Masc.

A. Dans les sc. exp. Produit dû à la méthode employée.
2. PSYCHOL. Fait psychique artificiel, produit par les techniques employées dans l’exploration de la conscience (d’après Foulq.-St-Jean 1962 .
B. P. ext. , produit de l’art, de l’industrie (J. Monod, Le Hasard et la nécessité, Paris, éd. Du Seuil, 1970 , objet artificiel :
- « La distinction entre objets artificiels et objets naturels paraît à chacun de nous immédiate et sans ambiguïté. Rocher, montagne, fleuve ou nuage sont des objets naturels; un couteau, un mouchoir, une automobile, sont des objets artificiels, des artefacts. » J. Monod, Le Hasard et la nécessité, Paris, éd. du Seuil, 1970 p. 11. »(1)

Ainsi, l’artefact apparaît comme le produit d’une réalisation artificielle. L’objet artefact est l’objet caractérisé par sa genèse et donc par le fait qu’il ait été créé de manière intentionnelle par une entité créatrice (humaine ou non). Cette caractéristique appelle à considérer la dimension matérielle perceptible du produit ainsi que son rapport à l’être vivant à l’origine de sa création. Par tout cela, l’artefact se présente comme la définition même de l’objet de design.

Or, nous avons vu que l’idée aujourd’hui est de rendre cet objet de design le plus naturel possible. Que signifie ce processus ? Qu’en est-il de cette association ? Pour comprendre la réunion de ces deux termes il est important d’en comprendre leurs significations. Dans ce but nous joignons alors la définition du mot « naturel » issue du même dictionnaire :

« Naturel,-elle, adj. et subst. Qui est dans, appartient à la nature ; qui n’est pas le produit d’une pratique humain. Dont l’objet est la nature. »

S’il est ici aussi question de qualifier un produit par son origine de conception, celui de l’objet naturel s’avère être l’exact opposé de l’artefact. Par la confrontation de ces deux définitions il apparaît donc clairement que leur association est une oxymore. De là nous pourrions donc qualifier l’objet de design du 21ème siècle d’objet paradoxe. Si cette tournure est bien le propre de nos objets aujourd’hui, elle en reflète peut-être aussi l’identité. Ainsi, ces limites qui semblent se Clouter seraient-elles le symbole de ce vers quoi est en train d’évoluer le design numérique ?

1 définition issue du dictionnaire de l’Académie française, 9em édition

Page suivante : 3.2 La «commutation» ou l’Homachine

Retour au menu : Invisible Design : la part belle à l’invisible