2.3. Le coût des ressources

Non classé

Le financement traditionnel des ISFD est souvent structuré autour de composantes principales suivantes, les fonds propres, les subventions et emprunts soft(16), l’endettement au marché et l’épargne du public. A cette liste s’ajoute les VIM(17) et la finance du marché pour certaines institutions telles que Compartamos et Equity Bank et tant d’autres.

D’après certains praticiens de la microfinance, l’évolution des sources de financement est expliquée par l’âge de l’institution (De Sousa-Shield et Frankiewicz, 2004 ; Fernando, 2004; Fehr et Hishigsuren, 2006 cités par Tchakouté H, 2011 Churchille, 2001). D’autres par contre estiment que cela est expliquée par la transformation institutionnelle (White et Campion, 2002 ; Fernando, 2004 ; Ledgerwood et White, 2006 cités par Tchakouté H, 2011).

Ces deux thèses peuvent avoir du sens dans la mesure où la plupart des institutions « start-up » ont un statut d’organisation non lucrative. Et au fil du temps, elles acquièrent le statut d’une organisation régulée et lucrative.

Cela étant, au début de leurs activités, la plupart des ISFD ont des charges financières quasi-nulles. Néanmoins, bien que n’étant pas liées au taux d’intérêt, les subventions sont rattachées à des coûts d’opportunités et sociaux non négligeables. Avec le temps, les coûts purement financiers apparaissent. Le caractère limité et inconstant des subventions pousse les institutions à mobiliser l’épargne et à recourir au refinancement. A ces opérations, sont rattachées des taux d’intérêt débiteurs que doit supporter l’institution.

Tous ces éléments mis ensemble accroissent sensiblement les charges de l’institution et se répercutent sur la viabilité financière de l’institution en compromettant son autosuffisance.

A ce niveau, il est clair que les charges ont une incidence importante sur l’autosuffisance de l’institution. Cependant il n’est pas le seul déterminant. Alors quels en sont les autres ? La section suivante donne un aperçu sur les principaux déterminants de l’autosuffisance, mais aussi sur la portée sociale.

16 Emprunt à taux bonifié.
17 Ils restent encore très concentrés dans certaines régions où la microfinance fait preuve de beaucoup des maturités.

Page suivante : 3. Les déterminants de l’autosuffisance et de la portée sociale

Retour au menu : SCHISME DE LA MICROFINANCE : Problématique de l’atteinte de l’autosuffisance opérationnelle par les institutions ciblant les personnes à faible revenu