2.1. Définitions

Non classé

La télédétection dans sa définition officielle est « l’ensemble des connaissances et techniques utilisées pour déterminer des caractéristiques physiques et biologiques d’objets par des mesures effectuées à distance, sans contact matériel avec ceux-ci » (Commission interministérielle de terminologie de la télédétection aérospatiale, France, 1988).

Une définition plus précise, et plus opérationnelle, de la télédétection aérospatiale est la suivante : « La télédétection aérospatiale est l’ensemble des techniques qui permettent, par l’acquisition d’images, d’obtenir de l’information sur la surface de la Terre (y compris l’atmosphère et les océans), sans contact direct avec celle-ci » (Site Web du Centre Canadien de Télédétection : http://www.ccrs.nrcan.qc.ca)

Selon cette définition, la télédétection peut se pratiquer de la surface de la Terre vers l’atmosphère ou vers l’espace, comme de l’espace vers la Terre d’où le qualificatif de télédétection aérospatiale.

Le Centre Canadien de Télédétection dans son site considère que la télédétection englobe tout le processus qui consiste à capter et enregistrer l’énergie d’un rayonnement électromagnétique émis ou réfléchi, à traiter et analyser l’information qu’il représente, pour ensuite mettre en application cette information.

La télédétection aérospatiale a pour objet l’étude de la surface de la Terre, des océans et de l’atmosphère à partir de vecteurs aériens (avions, ballons,…) ou satellitaires (satellites, navettes spatiales,…), en utilisant les propriétés du rayonnement électromagnétique émis, réfléchi ou diffusé par les corps ou surfaces que l’on étudie.

Le développement des techniques de la télédétection résulte de la conjonction entre l’invention des vecteurs (ballons, avions ou satellites), permettant de s’éloigner de la surface du sol ou de la Terre dans son ensemble, et le constant perfectionnement des capteurs, c’est à dire des appareils permettant d’enregistrer le rayonnement électromagnétique pour reconstituer les caractéristiques de la surface (terre ou océan), ou de l’atmosphère.

Jusqu’il y a environ 30 ans, le principal capteur utilisé était l’appareil photographique, un capteur analogique utilisant des émulsions chimiques photosensibles (sensibles à la lumière visible essentiellement) pour produire des photographies aériennes ; l’utilisation de la télédétection se confondait alors avec la « photo-interprétation », interprétation visuelle des documents photographiques.

Les types de capteurs se sont depuis multipliés et perfectionnés :

- les radiomètres sont des capteurs passifs, qui enregistrent le rayonnement naturel, lumière visible mais aussi infrarouge ou microonde, sous forme numérique ;
- les capteurs actifs (radars) émettent artificiellement un rayonnement pour en étudier les interactions avec l’objet à étudier.

Les capteurs actuels produisent des données numériques, qui peuvent faire l’objet d’une restitution pour fournir des documents à interpréter selon les méthodes de la photo-interprétation.

Ces nouveaux capteurs sont en constant développement depuis leur apparition ; la caractéristique de ces capteurs qui a connu l’amélioration la plus spectaculaire est la résolution spatiale, c’est à dire leur capacité à discerner des portions de la surface terrestre de plus en plus petites.

Page suivante : 2.2. Historique de la télédétection

Retour au menu : Application de la Télédétection aérospatiale pour l’évaluation de la dégradation des ressources naturelles : cas des sols de la région de Kaolack située dans le Bassin arachidier du Sénégal